Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le marché sur l'eau à Amiens et l'activité maraîchère

Maraîchage. La vie de maraîcher.

Q- On a dit qu'les hortillons étaient un peu individualistes

R2- Mmm . Et puis, un peu jaloux aussi. Oui. Ils étaient pas gênés d'aller s'mer en plein midi s'ils avaient envie d'smer des radis, peur que l'aut'e il voie, et tant qu'l'aute il était parti manger, il allait s'mer ses radis, pour pas qu'il l'voye qu'il allait s'mer.

Q- Pourquoi ?

R2- Pour dire j'sèm'rai l'premier ou bien, pas faire savoir qu'il avait déjà s'mé des radis . C'est ridicule hein. Oh nous, on s'est jamais occupé d'tout ça hein, on s'mait quand on avait envie d'semer et pis on n's'occupait si ch'vent il était là, c'était la lutte comme ça, quand on était prêt, on semait.

R1- Les vieux maraîchers, j'sais pas si vous avez entendu d'parler tout ça

R2- Ils r'gardaient à la lune tout ça.

R1- Chperdan, c'était un vieux maraicher, oh la la, il n'a sorti des tas d'trucs quand même, y'avait machin aussi, le p'tit saint Jean, Maillard.

R2- Lui, lui, il v'nait, ben il est mort, y'a pas longtemps. Ben lui, il v'nait déjà, oh, déjà ses parents ils v'naient déjà en auto c'était quelque chose vous savez.

R1- Ch'étaient des vivants hein, ils n'avaient pas peur d'un canon aie aie aie, et pis ch'casse croûte, avant on avait du gros pain comme ça hein, un gros morceau d'pain comme ça, un trou n'dans, un bout d'cochon comme ça d'dans, un oignon par d'sus, oh, on déjeunait qui disait. Et pis un canon hein.

R2- Mais vous savez qu'on mangeait mieux qu'maint'nant hein, et nous on vivait beaucoup, on faisait beaucoup d'soupe, quand il faisait du temps chaud comme ça, vous pouvez lui d'mander, une soupe un bon ragoût

R1- Ah ben dites eh !

R2- Et on t'nait l'coup. On mangeait pas des des niottes au vinaigre, tout des.

R1- On pouvait s'suffire d'soupe et pis du ragoût hein

R2- Oh bien sûr. Tandis qu'maintenant hein

R1- La dernière fois qu'j'ai mangé un bifteck j'l'ai trouvé dur. On tuait deux cochons par an.

R2- Oui, on mangeait beaucoup d'cochon hein

R1- Mais ouais.

R2- On n'achetait pas d'viande comme

R1- On vivait

R2- Ouais.

R1- Pis on vivait tranquille, hein, c'est vrai, on n'avait pas à s'tracasser, que dire oh n'en vlà un qui vient chercher des sous, l'autre oh il nous doit des sous, maint'nant c'est beaucoup ça qui y'a. C'est le drame hein

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer