Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le marché sur l'eau à Amiens et l'activité maraîchère

Marché sur l'eau d'Amiens : le marché sur l'eau attirait les commerçants et les maraîchers de toute la région

R1- Oh ben non ! mais non !

Q2- Euh, mais vous vendiez sur l'marché avec votre mère ? Comment ça s'passait ?

R2- Comment ?

Q- C'était vous qui vendiez avec votre mère ou vous vendiez toute seule les légumes ?

R1- Avec sa mère.

R2- Ah moi au début, quand j'étais jeune fille, j'y allais avec ma mère. Ma mère, oh, elle s'occupait beaucoup. Mais voyez le long d'la Somme, tout l'long d'la Somme, là, c'étaient tous les camonniers qu'il y'avait là ...

R1- Les bateaux

R2- Parce que eux ils venaient en bateau. Et moi j'ai connu, au moment, ben cette saison-ci qui y'avait des choux-fleurs, mais

R1- Cent bateaux !

R2- C'était blanc ! Cent bateaux qui y'avaient là ! Et c'était blanc de choux-fleurs, blanc, blanc, blanc d'choux-fleurs !

R1- Même peut-être dans vot'e ... vous en avez entendu parler qu'y' avait cent bateaux et qu'y' avait des légumes sur l'marché parmentier ?

R2- Et ils venaient en bateau, eux, eux n'avaient pas d'aut'e chose pour venir.

R1- Camon, c'étaient que des maraîchers eux, ils v'naient tous en bateau eux hein. Et nous quand on a été là, on avait des chevaux

R2- Ah oui ! on avait un ch'val, une voiture, nous. Quand on s'est marié on n'avait pas d'sous pour acheter bien sûr

R1- Après c'étaient des autos quoi///

R2- Ouais !

R1- ///mais longtemps après hein. après la guerre quoi !

Q1- Donc le marché sur l'eau, vous l'avez connu avec un moyen d'transport qui était la voiture en fait.

R1- Ah oui, ah oui oui !

R2- Ah oui ah oui, ah oui, la voiture à cheval. Mais y'avait des gens de Vers sur Selle qui v'naient vendre au marché sur l'eau, ils v'naient à voiture avec des chevaux.

R1- Et puis d'Abbeville !

R2- Et d'Abbeville, au moment des radis, les premiers radis, on les entendait passer sur la route. Maman elle disait : "Tiens v'là Abbeville, aujourd'hui on vendrons pas trop bien nos radis "

R2- Mais oui, ils apportaient, des voitures comme ça.

Q2- Donc vous avez une concurrence qui était à l'extérieur de la ville ...

R2- Mais çà n'durait pas, Abbeville, Abbeville, ça n'durait pas longtemps, c'étaient ses premiers radis, vous savez

R1- C'étaient des gens qui faisaient du radis, Abbeville, mais alors ils v'naient qu'au début de ...

R2- Au début d'saison comme ça, allez ...

Q2- Mais vous disiez que vous louiez vos places à l'année. Mais comment faisaient-ils les gens d'Abbeville justement, pour avoir leurs places alors, s'ils n'venaient que d'temps en temps ?

R2- Ah ben y'avait un placier qui passait, hein, y'avait un placier qui passait pour ramasser hein.

R1- Il donnait une place.

R2- Hein, pis après on n'a même pus payé, après on a 'core payé un moment encore qu'on l'a eu à l'année, après, euh, comme y'en avait toujours des nouveaux tout ça, eh ben on payait, on payait sa place. Mais enfin, on était toujours à la même place hein. Mais on payait, l'placier il passait, il r'cevait, comme il fait j' crois encore maint'nant.

Q2- Est-ce qu'il arrivait des fois euh, qu'il n'y ait pus d'place pour tout l'monde et ... ?

R1- On arrivait toujours à s'caser.

R2- Oh oui, on arrivait toujours, on arrivait toujours.

Q2- C'est le placier qui s'occupait d'organiser ça ?

R1- Oui, pis c'était un ...

R2- Oui oui oui, mais en principe, y'avait pas beaucoup d'étrangers qui v'naient hein, papa ? hein ? C'était Camon surtout

R1- C'était un marché, le marché parmentier, de producteurs.

R2- C'était beaucoup Camon qui v'nait hein. Et pis Saint Aragone.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer