Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

La filature de Gamaches

Filature de Gamaches : Description de la main d'oeuvre, des horaires et des conditions de travail

Hein à l'époque euh bon, j'vous l'disais y avait 300, 300-320 personnes à peu près euh... majorité femmes. Y avait bien 300, 300 femmes à peu près hein. Hein. Le métier était assez dur du reste parce que à l'époque fallait travailler dans une atmosphère euh... humide, c'est pour le coton faut un peu d'humidité, tout ça hein. Mais enfin, y avait quand même une modernisation de l'usine qu'était... le... le pers, le, la direction voyait toujours le bien-être de l'usine, pour les ouvriers, pour travailler plus.

Q- Hum

R- Comme toujours. Hein.

Q1- Et ces 300 personnes y en avait... beaucoup qui venaient de la région ou alors c'était des personnes ?

R- Ah non tous, tous les habitants de X vous savez en grande partie travaillaient à, à la filature. Hein. Y en avait un p'tit peu mais des environs à quelques kilomètres quoi, si vous voulez c'était X quand même hein, parce que X avait une euh, la filature avait deux, deux cités, une comment qu'on app'lait les quatorze maisons et les sept maisons c'étaient, appartenaient à Saint Frères. Elle logeait une partie de son personnel, une petite partie d'son personnel. Hein. Alors par exemple le, le, la direction, les comptables et tout ça étaient logés, chauffés, éclairés, par l'usine. Hein. Alors le personnel bon y v'nait à pied à l'époque hein. Alors bon on commençait à 7 heures eul'matin, on terminait à midi, on r'prenait à 1 heure * jusque 5 heures * et..., on avait la s'maine de 48 heures. Dire que 36 on a eu la s'maine anglaise comme on disait. Alors on arrêtait à 10 heures le sam'di et on avait le sam'di après-midi et de 10 heures midi libre.

Q1- La s'maine anglaise c'était quoi alors ?

R- Beh c'était arrêter l'sam'di. On app'lait ça la s'maine anglaise.

Q2- Arrêter l'sam'di à 10 heures ?

R- C'est ça on arrêtait l'sam'di à 10 heures euh... y avait l'nettoyage de l'usine et le personnel était libre après, après 10 heures le matin. Hein. On app'lait ça la s'maine anglaise.

Q1- Et l'sam'di matin était pour le nettoyage de l'usine alors ?

R- Oui une petite partie parce que tous les s'maines y avait un nettoyage aussi euh... forcément parce que... mais enfin c'était vite fait quoi hein, hein. Alors l'après-midi, même à partir de 10 heures les femmes s'en allaient hein, y restait quelques hommes pour nettoyer ces machines, mais à 10 heures *, tout l'monde était... hein on n'restait pas à l'usine par plaisir (hein, hein en riant) alors, donc on avait la s'maine anglaise qu'on app'lait ça.

Q- Pourquoi c'était principalement des femmes qui travaillaient à l'usine ?

R- Ben c'est pour la dextérité des doigts, parce que le fil euh... c'est, c'est fin hein, y a pas d'doute hein, alors euh... euh... pour euh... rattacher les, les fils qui cassaient parce que on... on r'cevait l'coton brut dans... dans des balles qui faisaient... chinquante, cinquante, cent kilos quoi. Alors y passaient dans les cardes, les cardages et ensuite dans les étirages, on arrivait un gros fil comme ça pour arriver au fil de coton... très mince alors donc c'était assez... délicat si vous voulez pour euh... pour travailler hein en, dans, au ( ? ? ?), au tout ça, pour rattacher l'fil en cas de cassé et tout ça. Hein Et puis c'est euh... les, les femmes, y avait pas d'homme du tout, y avait les hommes dans... dans les f..., plus haut hein dans les renvideurs qu'on app'lait ça, parce que y avait des machines euh... et ensuite euh... c'était des machines qui marchaient comme ça euh... et ensuite y a une quand même euh... euh...des nouveaux... on app'lait ça des continus, si vous voulez parce que le renvideur, le non-renvideur c'était une machine, y avait des grosses bobines derrière pour faire des p'tites bobines, à, à, à l'avancée comme ça, elle rev'nait alors donc y avait un temps mort si vous voulez, alors est arrivé les continus alors donc le mot continu... ça tournait toujours en continu. Y avait pas de temps mort pour, augmenter la production hein, hein.

Q1- Oui

R- Alors ça euh... les renvideurs ce sont, c'était les hommes qui travaillaient, y avait quelques femmes aussi, qui travaillaient, euh, mais c'était assez gên, d'abord elles travaillaient à, à l'époque c'était une révolution, les femmes travaillaient en culotte. Obligatoire, elles n'avaient pas droit au bas.

Q1- Pourquoi ?

R- Beh parce que... les poulies, parce que tout marchait à, par poulies à c'moment là c'est les machines à vapeur elles auraientt eu des poulies partout. Hein, alors euh... l'accrochage d'une robe euh... c'est, c'est, ça aurait été catastrophique

Q1- Oui

R- Hein ! alors y z'étaient obligées de... la, la, les, les culottes comme les hommes à, à l'époque c'était un

Q2- ça posait problème pour les femmes main/// ?

R- Ah non pas du tout. Ben non, savez y z'étaient habituées quoi hein. Eh eh, elles étaient habituées à ça hein eh eh hein, pis y savaient, y savaient qu'c'était dangereux euh... d'travailler autrement hein.

Q1- Et c'est des culottes qu'elles se procuraient elles-mêmes ou que l'usine/// ?

R- Ah oui, à ça c'était...

Q1- L'usine ne fournissait pas les euh///

R- Non, non, non ,non, non.

Q- ///L'habillement ?

R- Qua, vous vous débrouillez ça y a pas d'doute hein, hein, hein. Oui, alors les femmes quand elles sortaient, elles avaient plein d'coton dans les, dans la tête et tout ça, ça volait partout hein... pis y avait une protection aussi bien pour l'incendie... euh, enfin y z'étaient bien protégées quand même ouais.

Q1- Et aussi les cheveux longs pour les femmes ce n'était///

R- Ah ouais

Q1- pas dangereux ?

R- Oh y en avait pas beaucoup d'cheveux longs hein.

Q1- Y avait pas beaucoup d'cheveux longs ?

R- Ben non vous savez, de, du reste on en voit... bon là c'est core une photo qui date de... de 84 euh, y z'avaient tous des chignons à l'époque et tout ça hein.

Q1- Hum c'est ça oui.

R- Hein. Là c'était, y avait encore mes parents qu'étaient d'dans (rire) ( ? ? ?) enfin.

Q1- Les cheveux étaient attachés ?

R- Oui, oh oui, pis là ch'était les hommes voyez-vous.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer