Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

L'influence d'Anne Morgan à Blérancourt

Les oeuvres d'Anne Morgan à Blérancourt

Q- Est-ce que vous pouvez nous parler aussi un p'tit peu de l'ambiance à Blérancourt justement euh... de c'qu'a fait Anne Morgan de la bibliothèque est-ce que vous avez vous même allez fréquenter///

R- Ah oui bien sûr, j'ai encore souvenir, les tables les chaises sont à la bibliothèque de Soissons et je les ai reconnues quand j'les ai vues. Je crois qu'il y en a aussi à Blérancourt... parce que ça a été fait... j'pense à la scierie, qui était donc propriété de mon beau-père, et il en avait fait pour toutes les communes où il y avait des bibliothèques. Et c'était l'même modèle, et il y en a encore un échantillon de ça à l'office du tourisme de Blérancourt, un présentoir par exemple, de livres d'enfants, et puis des chaises des tables, des petites chaises et tables où les enfants pouvaient aller, non seulement emporter des livres chez eux, mais aussi euh... lire sur place.

Q- Donc vous y alliez après l'école, ou par exemple avec le maître ?

R- Non non, non non, on allait pas avec le maître, on allait, on était adhérent à la bibliothèque euh... individuellement, et c'était à l'époque le mercredi de l'époque c'était le jeudi, donc le jeudi on allait à la bibliothèque.

Q - Et est-ce qu'il y avait un droit d'inscription ?

R- J'me souviens pas !

Q- Non !

R- J'peux pas vous dire.

Q- Est-ce que vous avez aussi souvenir des livres que vous lisiez... les premiers livres que vous avez pu avoir euh...

R- Oh... la Comtesse de Ségur je suppose hein... je n'me souviens pas bien. Mais il y avait aussi les bandes dessinées, par exemple///

Q- Quelque chose de nouveau///

R- Ah oui oui oui, c'était nouveau, c'était bicot, et puis euh....... ces personnages qui avaient des têtes qui///

Q- Les pieds nickelés///

R- Voilà, les Pieds Nickelés... et puis Bibi Fricotin... et... et Mickey. Ça j'me souviens très bien d'ça. Donc les bandes dessinées ont toujours existé, quand on dit que les enfants n'lisent que ça, ben moi j'en ai lues et puis depuis je lis beaucoup d'autres choses, hein... ça n'veut rien dire.

Q- Est-ce que vous pourriez aussi nous parler des autres activités d'Anne Morgan sur Blérancourt, euh... notamment euh... sur tout c'qui concerne euh... les aides médicales, les visites médicales, ce genre de choses ?

R- Oui, par exemple euh... elle a créé les consultations de nourrissons, et pour euh... pour redonner... comment donc, un peu d'santé aux enfants qui avaient été mal nourris pendant... pendant la guerre quoi, on les mettait... on mettait les bébés au soleil, dans... dans leur couffin, pour que finalement ils ne soient pas rachitiques. Alors ça, ça semblait drôle aussi, aux... aux mères de famille qui n'avaient jamais fait ça, et il y a eu aussi, ma belle-mère était sage-femme, elle a été sage-femme à la... à l'ambulance américaine quoi, c'était des baraquements qui sont arrivés des Etats-Unis euh... en préfabriqué, qu'on a monté sur place. Alors ça c'est pas moi qui l'ai vu hein... je... je... on me l'a raconté, et les femmes ont accouché, sont allées accoucher à la maternité de Blérancourt, parce que tout était détruit à 80%. Donc ça, ça a existé encore un peu après, et puis après bon ça a été démoli euh... après que ce... que la reconstruction a été faite.

Q- D'accord///

R- Pardon, il y a eu aussi, moi j'ai vécu ça, les consultations euh... il y a eu les consultations de nourrissons, tout de suite immédiatement après la guerre de 14 en 19.... 19 peut-être, et ensuite ça a continué, toujours, ça a toujours lieu à Blérancourt, au dispensaire, et euh... à l'école, nous avions euh... des consul... des visites médicales annuelles. Alors et tout, et on vous envoyait chez le dentiste et... etc... Il y a eu d'ailleurs un cabinet dentaire américain. Euh... les consultations de nourrissons elles avaient lieu... et dans des... camionnettes enfin camions, ou alors dans les salles de mairie, je crois que d'ailleurs ça a été plutôt comme ça. Ça a été dans les mairies, ou dans les dispensaires qu'Anne Morgan avait créés, puisqu'elle en avait créé un à Anizy, un à Blérancourt, un à Vic sur Aisne, et puis bien sûr la maison mère qui était à Soissons. Et... les assistantes sociales, c'était au départ des infirmières qui sont d'venues après... elles ont été priées de refaire une année ou deux d'études pour devenir assistantes sociales, mais ces infirmières là, faisaient les consultations de nourrissons dans les salles de mairie.

Q- Revenons à l'inauguration du musée. Lorsque vous aviez donc euh... 9 ans euh... en 1936, aviez-vous eu connaissance euh... de l'importance du rôle d'Anne Morgan sur la commune de Blérancourt ?

R- Non pas à l'époque. J'en entendais parler disons par mes parents euh... qui v'naient d'arriver, qui en parlaient avec le Maire qui était leur voisin, oui c'est vrai, mais c'est surtout par la suite que j'ai appris tout ça et que je m'y suis intéressée.

Q- D'accord. Et vous avez eu l'occasion de visiter le musée étant enfant ?

R- Oui pis ça m'a semblé... triste. Un peu... un peu désuet. Pas du tout c'qu'il est aujourd'hui, au jour qu'aujourd'hui, le pavillon qu'on visite, c'est d'ailleurs dommage que les autres ne l'soient pas, c'est beaucoup plus vivant, c'est beaucoup plus... attirant, tandis qu'à l'époque euh... par contre il y avait des gardiens qu'expliquaient les choses, aujourd'hui euh bon... il y en a plus, il faut lire les p'tits trucs on n'les lit pas, et ben j'vous en reparlerai après à propos de l'association de conteuses, parce que nous faisons visiter nous quand nous y allons, pour justement que la... le le... tout c'qu'Anne Morgan a fait, qui est expliqué dans le sous-sol du musée là, ne soit pas perdu.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer