Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Contalmaison après la première guerre mondiale

La reconstruction de Contalmaison après la première guerre mondiale

Q1 : Voilà, donc nous allons parler de la reconstruction dans le village de Contalmaison. Donc vous êtes tous les deux originaires de ce village ?

R2 : Oui.

Q1 : Vous pouvez nous.

R1 : Mais nous n'sommes pas nés ici. C'était la guerre.

Q1 : D'accord.

R1 : Nous sommes nés à Daours, près d'Amiens.

Q1 : D'accord. Donc, vous êtes rev'nus à Contalmaison ///

R1 : En 21, octobre. euh.

R2 : Août, août 21.

R1 : En août 21.

Q1 : D'accord. Vos parents étaient originaires de c'village ?

R1: Notre mère.

R2 : Notre père était du côté d'Abb'ville.

R1 : Oui. Et pis. donc on est rev'nu en 21, donc on a commencé, y'avait qu'des baraques. On a commencé à rester dans une baraque.

R2 : Les photos. (???)

Q1 : Donc euh. oui euh. Alors, vos parents sont venus ici pour y faire quoi ?

R1 : Ben, pour reprendre l'exploitation. Seul'ment bien sûr, tout était rasé. Y'avait des trous d'obus pis tout ça. La. c'est la remise en culture, ça met. longtemps.

Q1 : D'accord.

R1 : Ben oui, hein, ça a mis plusieurs années.

Q1 : Et vous, donc, quand vous êtes arrivés, vous aviez quel âge en 1921, vous et votre frère ?

R1 : Euh. mai (???). Moi, j'avais 4 ans, 7-8-9.///

R2 : 7 ans.

R1 : Oui, 7 ans, oui.

Q1 : D'accord, donc [P1] avait 7 ans. Et vous [P2], vous aviez ///

R1 : 4 ans.

Q1 : . 4 ans. D'accord. Donc, vous avez connu euh. le village dans les ruines, la, la reconstruction

R1/R1 : Oui, un p'tit peu oui.

Q1 : Donc, lorsque vous êtes arrivés, euh. vos parents euh. se sont mis où pour se loger ?

R1 : Ah ben, ils ont fait, y z'avaient, y z'ont commencé par euh. habiter dans une euh. baraque. en des. dans une pâture au d'sus où qui reste le maire d'aujourd'hui.(???) au-d'sus d'lui. On a commencé par rester là hein, sur combien ? Un an ou deux ?

R2 : Oh oui.

R1 : Et pis après après ils ont fait bâtir une baraque là à côté, et pis on est v'nu habiter ici.

Q1 : D'accord. Ils ont fait, ils ont fait construire une euh. une ferme, une maison, parce qu'ils ont eu des dommages de guerre ?

R1 : Ah oui.

R2:Oui.

R1 : Ah oui, tout l'monde a eu des dommages de guerre hein. Tout était ravagé hein. Oui oui. Alors, ils ont commencé par euh. On a commencé par bâtir l'berg'rie.

R2 : Oui. En 21.

R1 : En 21 oui. La berg'rie pour mettre les moutons, parc'que mon père il avait un troupeau d'moutons et pis après en 24, donc comme. c'était (???). En 24 on a bâti la maison. Et pis c'était en 25 qu'on est v'nu l'habiter. Un an après ?

R2 : Oui oui.

R1 : Ah, ils ont bien mis un an oui.

R2 : Oui, ah oui.

Q1 : D'accord. Donc ils ont habité quand même plusieurs années dans le, dans les, dans les baraques.

R1 : Dans les baraques.

R2 : Dans les baraques.

Q1 : Et est-ce que c'était une baraque qui leur appartenait ?

R2 : Ben euh.Enfin oui.

R1 : Là bas, au-d'sus d'chez Sénéchal, non.

R2 : Non, non. Mais ici oui.

R1 : Mais ici, oui, puisque c'était euh. c'était euh. c'était à.à notre mère.

R2 : C'est propriété.

R1 : D'notre mère héritait de son père, qui était décédé, alors, c'est. On a, on a fait rebâtir.

R2 : Comme partout ailleurs hein.

R1:Oui.

R2 : Partout, c'était tout était détruit.

R1 : Oui.

R2 : Même Albert. Y'avait plus rien du tout.

Q1 : Voilà. Donc, ah oui, donc lorsque vos parents arrivent ici en 21, y'a plus rien du village ?

R1 : Non, non, c'était rasé. J'vais vous dire, la seule chose qui restait debout, parce qu'il y avait l'église à la même place qu'aujourd'hui, et pis autour, y'avait l'cim'tière.

R2 : Avant 14 ça.

R1 : Et puis alors, comme tous les cim'tière, y'avait un calvaire. Y'a qu'lui qui est resté d'bout. Je l'ai connu., c'est dommage, la municipalité, j'sais pas, ils l'ont détruit. On aurait dû l'garder.

R2 : Ouais.

R1 : Oh ! Là, il a resté bien jusqu'en 25-26 hein.

R2 : Oh oui.

R1 : Moi, j'm'en rappelle bien, étant gosse. Et pis le. le comment dirais-je ? Y'avait un panneau indicateur, c'était un. poteau.

R2 : Un (???).

R1 : Un (???). Non. Au ch'min Bazentin

R2 : C'truc là, c'était d'la fonte.

R1 : Oui, mais c'était.///

R2 : Ah oui.

R1 : Oui, mais c'était creux quoi. Et pis y'avait marqué Bazentin. Le village de.

R2 : Ils auraient dû l'laisser.

R1 : Le village de [P3]. Et pis c'était marqué Bazentin et pis il était tout cabossé, tout. mais il était resté debout parce que, derrière il y avait un talus qui était plus haut qu'lui. Et pis, y'a une vingtaine d'année, il. les ponts et chaussées ils l'ont foutu en l'air.

R2 : Ah !

R1 : Ils auraient pu l'laisser. C'était quand même un souv'nir d'. d'14-18.

R2 : Oui, avant 14.

Q1 : Alors, donc vous, vous arrivez ici en 21 avec vos parents.

R1/R2 : Oui.

Q1 : Euh. vos parents habitent dans une maison provisoire. Est-ce qui euh. vous avez souv'nir d'autres personnes qui habitaient dans les provisoires et est-ce vous.nous parlez un peu de la réorganisation du village ? A qu. Est-ce que la mairie s'réinstalle dans un provisoire, l'église, et tout ça. Est-ce que vous avez connu ça ?

R2 : Ah ben tout. Tout tout tout.

R1 : Ah, c'était tout provisoire hein. Ah oui. L'église, comme j'vous ai fait voir, c'était une euh.///

R2 : Ben une nicenne

R1 : Une nicenne. Et puis l'école sur la place, c'était, c'était une baraque.

R2 : Ah ben, c'étoit tout, tout tout.

R1 : Mais. pis la mairie, qu'est-ce que c'était ?

R2 : Ben, c'était une baraque. Ah !

R1 : Oui a. avec l'école là, sur place.

R2 : Y'avait deux baraques.

R1 : Ah oui.

R2 : Là, c'était l'école et pis là c'était l'maire avec .

R1 : Oui, j'm'en rappelle 'core.

Q1 : Vous êtes allés dans une, dans une école qui était. qui était une baraque///

R1 : Une baraque, oui, oui oui.

Q1 : Et vous avez souv'nir un p'tit peu de c'qu'y'avait à l'intérieur, est-ce que vous étiez dans l'plus grand dénuement ou euh. ?

R1 : Oh ! Non, y'avait. non. Y'avait des tables et pis.

R2 : Oui, y'avait. ah, c'était pas comme aujourd'hui hein.

R1 : Non, c'était pas comme aujour. Mais enfin, y'avait des, des. des. des bancs avec un pupitre quoi hein pour pouvoir écrire. Et pis l'instituteur, c'était [P4] ben, il avait fait la guerre 14 hein. C'était un ancien combattant d'14.

Q1 : D'accord. Donc, est-ce que c'était quelque chose qui r'venait fréquemment dans son discours ? Est-ce qu'il vous parlait d'la guerre ?

R1 : Non.

R2 : Ben lui non, parce qu'il a parti en 1926 à Péronne. Alors, après c'était des remplaçants hein. Des jeunes. Quand on est allé à l'école en 25-26, il a arrêté aux vacances en 26 et pis il est parti.

Q1 : Ah d'accord.

R1 : Alors, on n'a pas. on.n'a pas été longtemps avec lui.

R2 : Non. De toute façon, tous ces gens là, qu'on a connus, ben ils sont tous morts. Ben, ils auraient passé 100 ans hein.

Q1 : Oui, c'est ça hein. Et euh. alors euh. pour r'venir à la situation du village en 1921, donc il y a des gens qui sont dans des baraques, et euh. y'a des gens qui sont dans des nicennes(???) aussi ?

R1 : Oui.

Q1 : Et, est-ce que vous avez connu des gens ou des familles qui vivaient vraiment dans le plus grand dénu. dans l'plus grand dénuement, c'est à dire qu'ils vivaient dans des ruines ou.euh. Est-ce que vous avez des souv'nirs de ça ?

R1 : Oh non, il s'est monté des baraques assez vite hein.

R2 : Oui oui.

Q1 : Donc euh. y'avait des baraques pour la population entière ?

R1 : Vous savez, y'a au moins la moitié du village qui n'est pas r'venue hein.

R2 : Ah oui, tout d'suite hein. Ah non.

R1 : Oh ! Y'en a beaucoup qui n'sont pas r'venus. Oh non. Parce qu'on voit, on voyait encore tous les emplacements que des, que ça n'a pas été reconstruit.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer