Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Blérancourt après 1914/1918

La reconstrution de Blérancourt et les habitations provisoires après la première guerre mondiale

Q2- Je vais revenir sur un petit point.

R- Oui.

Q2- Est-ce que Blérancourt a énormément souffert des destructions de la guerre ?

R- Oh oui. Quatre vingt euh dix neuf pour cent si vous voulez.

Q2- 99 % de la ville est détruite ?

R- Oui. Oui, oui.

Q2- D'accord.

R- D'ailleurs on peut vous monter... vous montrer un tas de...

Q2- Donc durant toute cette période où vous avez été enfant puis euh... puis un jeune homme, vous avez connu euh donc euh un... immense chantier ici ?

R- Oui, oui, oui. On a connu le chantier, et l'chantier à l'époque c'était sur la route hein. Toutes les... tout, tout c'qui était légal on a récupéré, bon y avait pas d'passage de voitures ni rien, les chantiers étaient sur la route, sur l'bord d'la route pas, on... en s'prom'nant on allait voir les maçons qui prenaient une pierre qui taillaient, qui mettaient là à deux ou trois parce que y avait rien, y avait pas, que y avait rien du tout à l'époque pis y avait pas beaucoup de... y avait pas beaucoup de... comment donc... d'matériel hein. mais c'que... c'qu'on a beaucoup r'tenu parce que... là on avait un... un ami qu'est dev'nu on l'appelait tonton, Miss Morgan avait amené en même temps pour euh... refaire toute la... toutes les terres ( ? ? ?) 200 tracteurs.

Q- 200 tracteurs c'est ça ?

R- 200 tracteurs et c'est... P6 qu'avait la charge, elle avait trouvé c't'homme là qui faisait... qui faisait du... du battage à l'époque tout ça elle dit bon vous allez voir la responsabilité des 200 tracteurs, j'vous donne tout ça pis vous allez m'remettre euh... toutes les terres en état. Alors c'est///

Q- C'étaient quand même des terres euh... pas tout le temps classées en zone rouge ?

R- Oui, oui, pis attention euh... y z'avaient des gars pour déminer en même temps hein parce que, fallait sortir, y avait des obus et des grenades, des bombes partout. Alors les gars ils étaient en train de... de, de retourner la terre pis y z'entendaient un choc toc, fallait retirer hein et mais y a jamais eu d'accident hein.

Q2- Et vous vous avez souvenir d'en, d'en avoir trouvé euh... des munitions///

R- Oui, oui, oui.

Q2- en étant enfant ?

R- Oui avec euh... avec mon père. Non enfant, mais y avait qu'mon père. Comme on avait... on faisait du bois dans l'fond de Crécy hein, si on trouvait des grenades, des balles, on trouvait pas mal de balles, des obus, des bombes pas beaucoup, mais des obus oui. Des obus, pis des grenades ; alors là c'était rassemblé dans... une partie ( ? ? ?) j'crois qu'c'était sur la place d'ailleurs, et... les démineurs ramassaient ça pis y v'nait, y faisaient sauter dans l'bois d'Saint Paul.

Q- Justement euh... si euh... euh ces dames américaines qui étaient soucieuses euh... de l'hygiène et...///

R- Oui.

Q- et euh... de... du sort de, de la vie des, des, des enfants euh... est-ce qu'il y avait des consignes, des, des précautions qui étaient dites euh pour euh... pour ramasser les balles ou... les obus euh... c'était ///

R- Non, ça, ça///

Q- avertissement qu'était euh...

R- Non ça venait de la municipalité ça, et pis bon y... euh la municipalité en rentrant a créé des... une euh... une compagnie d'sapeurs pompiers et pis eux faisaient pas mal de boulot aussi, les pompiers hein. C'était du bénévolat à fond hein ça. C'est du bénévolat.

Q- Et, au moment de la reconstruction euh... est-ce que les pierres des maisons étaient réutilisables ?

R- Oui. Oui. Presque toutes. Et celles, celles qu'étaient pas réutilisables elles étaient taillées. Moi j'ai vu les tailleurs de pierres bon une euh... une euh... une pierre qu'était... bon qui faisait du... 40, 50 ché pas les hein, si y avait un coin de... là où qui avait eu un éclat, elle était sciée et y récupéraient cette partie là pour euh... scier à nouveau pis r'boucher un trou quelque part. Oui tout était réutilisé. On voit, on voit un chantier quelque part là, tout est dehors hein !

Q- Alors est-ce que... il était euh... plus difficile euh... d'avoir de la main-d'œuvre à la campagne pour construire euh... qu'à la ville ? Puisque les villes étaient///

R- Bem, y a beaucoup, oui y a beaucoup de... portugais qui sont arrivés et pis d'italiens et qui sont restés ici hein. Moi j'ai des copains portugais et italiens hein, on a fait appel sans doute à la main-d'œuvre à l'époque.

Q- Ils sont vite arrivés ?

R- Tout de suite ils sont arrivés dans les années vingt... deux... vingt et un vingt deux quoi. Les, dès qu'la reconstruction a commencé, on a fait venir de la main-d'œuvre ; parce qu'y manquait quand même un million et demi de bonhommes hein ! en France.

Q2- Donc ici y a , y a beaucoup de, de familles qu'ont un nom portugais ou italien à Blérancourt ?

R- Oui. Oui, oui, oui, oui. Oui qui sont restés. Y sont restés hein.

Q- Et euh... y avait de différence euh... euh entre la reconstruction à la ville et à la campagne euh au niveau de la durée ? C'est-à-dire euh... la population est plutôt euh... ayant, ayant une, non la ville étant plutôt euh... un lieu où... important pour pouvoir euh... pour que la, la vie se redéveloppe euh dans une région, dans un département euh... n'y avait pas de... de différence entre euh...

R- Non je n'crois pas enfin ne, ne, nous ici euh... moi j'me rappelle euh... bon j'avais p't'être 5-6ans ben je revois l'village euh... j'vois l'village comme j'le vois aujourd'hui. Bon aujourd'hui il est mieux si vous voulez mais euh... jusqu'en 26, 27, euh... ça a été fini hein. Ç'a été très, très vite hein. Parce que tout l'monde s'y est mis. Pis la main-d'œuvre, la main-d'œuvre elle était là, hein, y avait des entrepreneurs euh... la main-d'œuvre était là les gars y et... après la culture y avait plus rien à foutre ici, y avait pas d'usine, y n'y avait rien du tout hein.

Q2- Est-ce que vous avez connu des personnes sur Blérancourt par contre qui ont continué à vivre dans les habitations provisoires ?

R- Ah ça a pas duré longtemps les provisoires hein. Non, non, pas longtemps. Les baraques, moi je... pff les baraques bon si vous voulez y a eu quand même des gens qui ont gardé les baraques par euh... ché pas, comme y en avait une là hein euh... et pis y en avait une euh... à côté d'la gare, pis y en avait sur là, moi j'ai connu ces trois baraques là mais y z'a, elles ont disparu complètement hein. C'est fini. Mais y en a eu quelques unes quand même.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer