Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le maraîchage sur l'Ile Sainte Aragone

La rentabilité du maraîchage à Amiens

Q- Vous avez commencé en quelle année ?

R- Oh ! j'avais… j'avais… sait pas hein, j'ai, j'suis à min compte ed'puis l'âge ed'20 ans quand j'suis rentré du régiment, mais… j'ai pas livré à l'hôpital tout d'suite hein, j'ai livré à l'hôpital c'était… oh je n'sais pu hein, j'ai des trous d'mémoire des fois qu'je n'sais pu.

Q- En gros hein, c'est pas… précis…

R- J'ai livré à l'hôpital aussi ça été… j'livrais à la Ruche Picarde et pis le réceptionniste à la Ruche Picarde c'était P17 enfin à l'époque, maintenant il est à Toulon, y a une paire d'années il est v'nu m'revoir, et puis… il a quitté la Ruche, il avait fait un concours pour rentrer, il était rentré comme euh… comme économe à l'hôpital d'Amiens, après concours il était jeune aussi et pis vu qu'y j'livrais des beaux légumes à le, à… à la Ruche, à l'époque, parce que la Ruche elle avait pas l'importance, y avait pas Mammouth ni tout ça, y avait qu'les p'tites Ruches quoi, ça avait pas l'importance que ça a aujourd'hui, alors P17 j'n'allais pu livrer à la Ruche y m'a embêté pour qu'j'aille livrer à l'hôpital.

Q- Donc c'est comme ça que vous avez trouvé…

R- C'est comme ça que j'sus rentré à l'hôpital ouais. Pis j'sus resté jusque… y a core une paire d'années j'livrais mais ch'fils il a pas r'pris parce que… on fait moins d'salades tout ça hein.

Q- Ah oui, c'est fini ?

R- Beh c'est fini parce qu'on n'a pu… on pouvait pu prendre ed'personnel hein ! moi j'avais quand même euh un ou deux, deux ouvriers des fois trois jusque, après on n'pouvait pu, c'était pu rentable.

Q- C'est plus rentable aujourd'hui d'faire des légumes ?

R- Oh beh non vous pouvez pas payer quelqu'un à éplucher des poireaux pour les vendre à 3 francs l'kilo en gros hein, même pas, des fois y sont pas vendus 3 francs. C'est… et y faut les s'mer, ça tient l'terre presque 1 an, j'vais en arracher, j'ai été en a, en arracher là c'matin pis éplucher, j'en ai rapporté à peu près 100 kilos

Q- 100 kilos ?

R- tout seul, oui. ben 100 kilos, chés poireaux là y sont bien vendus y va les vendre 4 francs Suisses, 100 kilos, y faut core qu'y les lave là, je suis parti au matin à 8 heures *, j'ai fait 100 kilos d'poireaux épluchés pis là faut core qu'y les lave. Alors j'ai été 8 heures *, 9 heures *, 10 heures *, 11 heures *, midi *, j'suis r'venu il était 1 heure *, 2 heures moins quart, oui, ça fait 5 heures ed'boulot, un bon 5 heures ed'travail, si y fallait qu'y paye un ouvrier à c'est rien 100 kilos d'poireaux à 4 francs, y va toucher 400 balles.

Q- Mais sinon///

R- Et pis la graine, et pis y a un an qui sont s'més. Il a fallu les s'mer, leur donner un, d'l'engrais, les biner, c'est bibi qui est allé biner, pis les sarcler et pis j'ai été aussi les butter pour qu'y soient bien blancs///

Q- Les butter pour qu'ils soient bien blancs ?

R- Ouais. Oui parce que euh mais c'est des poireaux qu'on a dans les champs parce que j'ai eune terre à Longpré les Amiens pis j'les sème sur place à 50 pis j'les butte. Au lieu d'les r'piquer on les butte.

Q- Ah vous faites des petites euh…

R- Oui parce que dans les champs si on r'pique il en crève la moitié. C'est pas comme ici, ici vous r'piquez 100 poireaux y n'un pousse un cent et… y a toujours d'l'humidité mais dans les champs si vous les r'piquez y meurent. Il en, il en meurt la moitié quoi, c'est du, quand y fait sec.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer