Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le travail de menuisier dans la chaiserie

L'évolution du métier de menuisier

Q- Et alors, l'évolution du métier par rapport à ce que vous avez connu avec votre père et ce que vous connaissez maintenant, qu'est-ce que vous en pensez, vous voyez ça comment vous ?

R- Oh ben c'est-à-dire je, je n'étais pas gêné, parce que mon père bon ben il était en SARL, c'était pour me permettre d'être en SARL, euh... mais il ne s'est jamais... bon il était âgé, malheureusement, il ne s'est jamais préoccupé de, de... de l'entreprise, c'est tout hein, et mais avec mon fils c'est, c'est différent, bon il apporte des idées neuves, c'est normal il est jeune, et puis... peut-être que... dans un avenir prochain j'espère, euh... évoluer, encore plus ah oui, et avec lui, parce que maintenant l'avenir c'est lui ça n'est plus moi, hein, quoique j'me sente toujours jeune mais... lui il est certainement encore plus jeune.

Q- Vous pensez qu'au niveau des techniques, on... le travail du bois reste le même de toute façon ?

R- Ah non, non il évolue hein. Ah il évolue... énormément, on en arrive à la commande numérique hein, dans le tour à bois, et c'est justement une chose ben à laquelle je pense, euh... on arrive maintenant, euh vous savez, même les modèles ça va devenir plus rien du tout à faire avec les machines à commande numérique, il existe un tour à bois à commande numérique, vous composez les modèles sur ordinateur, vous les mémorisez, et puis euh... tel client il a je sais pas X numéros, 10, 15 modèles, bon vous appelez son... numéro 1, numéro 2, d'abord le client, numéro 1, numéro 2 ou numéro 10, peu importe, il y a un écrou à desserrer, la machine se met en place, vous resserrez l'écrou, de la, contrepointe, et puis, vous voyez ça part hein, 5 minutes de réglage, et vous êtes opérationnel.

Q- C'est-à-dire qu'il y aurait plus de possibilités de... de formes et de... comment dire///

R- Plus de possi... plus de possibilités de formes, gain de temps énorme, l'inconvénient, prix trop élevé, un tour à bois à commande numérique il faut compter, 1.300.000 j'crois, oui, actuellement, oui c'est trop cher, euh pour le rentabiliser, il faudrait faire au moins deux postes, et de préférence trois, pour que l'amortissement soit plus rapide, euh sinon, si on ne travaille que 8 heures, les coûts ils sont... c'est pas possible, c'est pas possible que des coûts soient d'amortissement sont trop élevés, et alors, ou bien il faut faire des pièces trop chères, mais on vend plus, non non non non, ça c'est pas possible, alors là, on se renseigne sur une machine qui n'a pas l'ordinateur, qui coûte la moitié, mais qui permet de réaliser le même travail mais, les modèles ça sera toujours fait manuellement. Mais après, tout le reste se fait de la même façon, et là, le coût étant moins... moins élevé, il y a des possibilités dans...

Q- Mais au niveau des droits enfin...

R- Des de la demande ?

Q- Est-ce que, est-ce que il y a... des coopératives ou des syndicats de, de tourneurs qui existent ?

R- Euh non, de, de tournage je vois pas, des... c'est tout à fait... limité, euh... dans la région, il y a quelques personnes qui faisaient un peu de tournage à main, euh non, non, on est pas concurrencés, la concurrence pour moi, j'en ai un à Beauvais, un concurrent à Beauvais, un concurrent à la frontière belge...

Q- Effectivement, donc ça... va un peu plus haut quand même.

R- Oui, non non... après c'est la Bretagne, j'ai pas de concurrent sur place, alors... on peut pas dire que je, que je suis roi dans mon pays c'est pas ça, mais, je, je dispose quand même de certains services que je peux apporter aux... services qu'on ne peut pas me... on ne peut pas me soustraire, on ne peut pas me prendre, par exemple, c'est un exemple, je... je travaille beaucoup avec les maisons R8, la maison R8 me dira, me dit souvent euh... j'ai besoin d'un modèle nouveau, passez me voir ce matin, il me faut le modèle pour ce soir, et on le réalise, dans la journée, et le modèle il est chez eux pour ce soir. Euh... parce que vous savez, c'est toujours des formes nouvelles, il faut changer, c'est-à-dire on change de modèle de chaise comme... comme vous mesdames vous pouvez changer de chapeau, vous avez envie d'un autre chapeau, bon j'dis mesdames, mesdemoiselles pardon, quand vous avez envie de changer de chapeau, bon ben ça y est vous allez chez le commerçant, vous achetez le chapeau qui vous plaît et ben c'est ça, c'est la même chose mais enfin, euh... un de leurs fabricants de meubles décide de, d'une nouvelle forme de chaise, un nouveau piétement, parce que vous savez, vous voyez ces chaises régence là, derrière, on sort ça depuis... oh je n'sais pas depuis... c'est sorti peut-être 50 ans, ça, et il en sort encore, toujours le même modèle, mais c'est, c'est parce que c'est une chaise stylisée, elle est comme ça, ça reste, on peut, on peut pas la faire autrement.

Q- Il y a toujours de la demande en fait.

R- Il y a toujours de la demande, elle est très faible, parce que c'est une chaise qui vaut très cher, en magasin elle se vend 1200 francs hein, cette chaise là.

Q- Mais sur cette chaise là, vous réalisez les pieds euh...

R- Je ne réalise que les barreaux, que les tra... que le tournage hein, ça. Mais, en magasin elle se vend 1200 francs couramment, c'est, c'est une chaise trop cher, alors mais maintenant, on en arrive aussi à changer, il faut, tous les ans il faut renouveler, il faut se renouveler, il faut se reprendre par la main, puis changer toujours, alors euh... chose que, voilà pour vous dire que, le... le service que j'apporte à la maison R8 il ne peut pas le trouver en Bretagne, il peut pas le trouver à la frontière belge, parce que si... à la frontière belge, on ne peut pas lui donner un modèle euh... il commande un modèle au matin pour l'avoir pour au soir, Monsieur R8 m'appelle, puis il me dit... ben demain il faut que ta chaise soit livrée. Alors non non, alors c'est là où je... on est toujours un p'tit... je dispose quand même d'une... d'un certain avantage par rapport, euh... eux disposent le même avantage chez eux, je n'peux pas aller les concurrencer là-bas, je perdrais mon temps.

Q- Donc en fait au niveau du travail, c'est une spécialité qui euh... c'qui se voit euh... de moins en moins ou...

R- Ben oui parce que il y a des entreprises de tournage qui, qui disparaissent, il y en avait une à Aumale, qui est disparue, mais c'était une... une entreprise de père en fils, il y avait... il y en a aussi en... hein il y avait une à St Ouen qui est disparue aussi hein, ah non, au contraire, au contraire c'est triste même c'est parce que c'est par réjouissant, faut pas se réjouir de voir des entreprises disparaître parce que... ça dénote, ou bien une chute d'activité, ou, ou bien c'est parce qu'il y a du matériel plus important, euh qui permet de réaliser des produits plus rapidement, mais je crois plutôt que c'est parce que... il y a une chute d'activité, il y a une chute d'activité dans le sens, il vient beaucoup de produits étrangers, je vous ai dit, il me semble la dernière fois, qu'il se commercialisait en France, dix millions et demi à onze millions de chaises, et il ne s'en fabrique que trois millions et demi, et c'est... et pourquoi, parce que nous ne sommes pas compétitifs en prix, ces produits viennent euh... des Pays de l'Est, ça peut venir du Portugal, ça peut venir de l'Espagne, hein où au moment vous savez on a parlé de Maastricht, hein, ben le traité de Maastricht est différent à chaque état, quand on pense que le Portugal a des salaires 5 fois inférieurs à ceux des allemands, comment voulez-vous, c'est pas, c'est pas possible, c'est pas possible que nous soyons compétitifs, alors il est possible que je vous dis, ce, ce, cette chute d'activité, cette baisse d'activité soit due, c'est même pas, c'est même pas possible, c'est probable, c'est certain que, que euh... on en ressent des effets, mais je sais que vient d'Italie, des produits venant des Pays de l'Est, il paraît transitent par l'Italie, et ils viennent inonder euh les les... les marchés français.

Q- Mais vous mais à l'époque de votre père vous avez connu ça///

R- Ah ben les ( ? ? ?) alors là, à l'époque de mon père c'était autre chose, on manipulait tous les bois alors hein avec des outils, des outils manuels hein, c'était les griffes des tournevis, c'était des leviers pour pousser, tout ça, mais là non c'est fini, non non, l'arbre il est levé mécaniquement par un palan, il est transporté d'abord avec un chariot élévateur, puis je vous dis manipulé avec le palan, et puis une fois les bois sciés, il y a des bras plaqueurs qui ressortent les plots, il y a un palan qui les pose par terre, on latte, et puis une fois que l'arbre est scié, on le prend avec un chariot élévateur, on le mène plus loin.

Q- D'accord.

R- Non non ça... ça, la manutention c'est... c'est vous savez c'est un travail pénible, mais autrefois on faisait ça manuellement, on empilait des, des planches jusqu'à 4 mètres d'hauteur, à la main, et puis... bon ben c'était comme ça, personne n'y pensait, c'est comme ça ici, c'était comme ça ailleurs.

Q- C'était le seul moyen aussi///

R- C'était le moyen, c'était la forme de travail, c'était la forme d'existence, on avait, tout le monde avait la résistance pour le faire, aujourd'hui plus personne ne peut faire, c'est, même si on voulait, on pourrait pas faire, parce qu'on a pas d'entraînement, on a pas une résistance physique qui est prévue, préparée pour ça, au... reste mais on faisait ça journée complète hein, on, on dormait et puis le lendemain on arrivait frais et dispo pour recommencer, c'était la forme d'existence, et puis, bon aujourd'hui ça change et puis c'est tout mais... c'est... je crois que c'est, c'est certain qu'on ne pourrait plus faire, on ne peut pas revenir en arrière, parce que si on revient en arrière on pourrait revenir loin aussi hein, on ne peut pas, on ne peut pas quand même raisonner comme ça, il faut quand même évoluer avec son temps, mais ce qu'il y a c'est que... il faut pas devenir paresseux non plus, c'est bien d'évoluer, c'est bien de, de... de se soulager, mais il ne faut pas non tomber dans un autre excès et hélas on y arrive. Alors euh... je vous dis bon ben
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer