Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le dessin à la plume et le métier de charpentier

Les relations entre les ouvriers et leur travail

Q- Qu'est-ce que, qu'est-ce que c'est que l'amour du travail ?

R- Ben l'amour du travail c'est, celui qui… moi l'amour du travail je le voyais toujours, j'ai formé beaucoup de jeunes hein, j'ai même formé des, des jeunes gens qui, qui sont passés chefs de chantier après, vous savez le gars qui commence à 9 heures… en parlant gentiment à s'emmerder, ben il a pas l'amour du travail, hein parce que moi j'ai déjà vu des gars qui sont, ils sont constamment en train de regarder leur montre, ben vous savez un bon compagnon il regarde pas sa montre hein, moi… c'est ça, c'est un gars qui s'ennuie, l'amour du travail, les jeunes maintenant, c'est difficile de leur inculquer, on les, on les oblige ou ils sont obligés de faire un métier qu'ils n'aiment pas, qu'ils n'ont pas choisi, on peut pas leur demander par la suite d'avoir l'amour du travail, c'est pas possible hein, un gars qui part au départ, avec l'idée de faire ça, ça lui plait, ça le tente, hein, il, il, c'est parce qu'il aime déjà avant de le faire hein, mais si on lui dit, bon ben il y a un débouché là-dedans tu seras… je sais pas moi tu seras, euh com… tu seras charpentier, même si le gars il veut pas être charpentier, si on lui dit tu veux être charpentier, bon ben le gars il va aller trav… il va le faire, faut bien gagner sa vie, mais il a pas, il aura pas l'amour du travail hein c'est certain, pis ça se voit aussi dans, dans le comportement, ça se voit aussi dans… dans c'qu'il fait, hein.

Q- Mais quand vous disiez avant oui, d'autres relations notamment en matériaux ou au travail, est-ce que tous quand même faisaient apparemment du travail ?

R- Tous non, on peut pas, non tous non, mais il y avait beaucoup plus dans le… à l'époque du compagnonnage, et ce… il y a pas, un compagnon charpentier c'est quelqu'un qui travaille, qui a l'amour du travail, ça il y a… de toute façon il peut pas le faire, il abandonnerait, c'est bien trop dur, c'est bien trop astreignant, euh nous c'est quand même des métiers durs hein, celui, celui qui a pas l'amour du travail, ben il… il s'amuse pas… il s'amuse pas à faire le tour de France, de d'être coupé de sa famille, d'être coupé de ses amis hein, moi j'ai fait 30 ans de déplacements, ben vous savez 30 ans, quand on part le lundi qu'on revient le samedi, on s'coupe… on est pas coupé de sa famille mais c'est pas, c'est quand même pas une vie de famille hein il y a pas de pro… il y a pas de problème hein, l'amour du travail c'est, j'vous dis c'est le gars qui le fait, bon on gagne… on travaille tous quand même pour gagner de l'argent, on est bien obligé, ça il y a… celui qui dit qu'il… qu'il… mais moi j'ai eu l'occasion de changer de… d'entreprise, j'ai eu l'occasion 10, 15 fois peut-être, avec des promesses de salaires supérieurs, ben je l'ai jamais fait, parce qu'on me donnait pas l'équivalent, voilà, on me donnait pas l'équivalent alors, je trouvais… à mon point de vue moi, je trouvais que c'était, c'était un trop gros sacrifice d'aller gagner plus, en s'emmerdant, voilà, si… si j'avais gagné le double, en regardant ma montre toutes les demie-heures, eh ben j'aurais pas été heureux, et ça, ça n'en valait vraiment pas l'coup hein, parce que arrivé à la fin de ma vie je serais pareil, je serais pas plus riche hein, bon ben… et puis même si j'étais plus riche, je pense pas, je pense pas que ça m'aurait apporté quelque chose, je pense pas du tout du tout, mais si je suis là aujourd'hui, c'est parce que j'ai aimé, sans ça autrement, je suis à la retraite, je peux aller me promener et puis je peux rien faire, là j'ai restauré ce lustre là, là, bénévolement voilà, ça me coûte cher, ça me coûte cher, en temps, en argent, parce que j'aime hein, voilà.

Q- Mais vous vous parlez des, des compagnons, vous citez (fin de la première face de la cassette) il y avait aussi sur les chantiers, il y avait même des gens qui faisaient partie de l'équipe et qui bon, qui faisaient peut-être aussi cette profession puisqu'ils avaient pas autre chose à faire.

R- C'est certain…

Q- C'était peut-être pénible aussi pour certains dans…

R- C'est certain mais dans le… dans les métiers, dans les métiers, dans les métiers d'art, parce qu'on peut appeler les tailleurs de pierre, les, les couvreurs les… les vitriers… tous, tous les compagnons, tous les ouvriers qui travaillent sur des monuments historiques, j'dis pas que tôt ou tard, ils ont la conscience professionnelle l'amour du métier, j'dis pas, mais ils ont pas la même, le même, la même manière de raisonner, c'est pas tout à fait pareil, même le, même le manœuvre, même le manœuvre qui broute une brouette, il fera attention de ne pas écorner une pierre, parce que il sait que c'est un monument, c'est beau, ça s'abîme pas, il travaillera pas avec la même, c'est pas le même, là je vois je… je fais partie du conseil municipal, je fais partie de la commission des travaux, là tout de suite on est en train de faire un complexe sportif, j'en fais partie, je vais voir de temps en temps comment que ça travaille, ben il y a des gars il y a pas de problème, c'est le gros emporte pièce c'est le… c'est le bulldozer et je te passe, il faut que ça passe et puis c'est tout, bon j'dis, ils ont pas tous, ils ont pas tous l'amour du travail, mais dans les monuments, dans les monuments historiques, ben… on, même vous n'importe qui, j'ai vu même un même un passant, un quidam qui se promène, il y a des, il y a du travail sur une église, on est en train de tailler le bois, ou tailler la pierre sur le parvis, il s'arrêtera plus facilement que si il voit un gugusse en train de porter des agglos pour bâtir une maison particulière, c'est vrai, un sculpteur qui est sur la façade d'une… d'une cathédrale, vous avez des gens qui seront là des heures à le regarder, bon, un gars qui est en train de poser des agglos sur une maison particulière, bon ben oui, on va s'arrêter 3 minutes, mais on peut pas s'arrêter plus, ça mérite pas plus, c'est un tort, c'est pas qu'il a moins de mérite le gars hein, si… si le gars qui pose les agglos il les pose bien avec amour, il a autant de mérite que celui qui fait la sculpture attention je dis pas ça, je vais même vous citer une anecdote, je m'occupe du football ici, et j'avais un camarade, un copain, même âge que moi, un peu plus jeune que moi, il était cultivateur, un patron cultivateur, et… il faisait des concours de labour, il était tout étonné que j'aille le voir quand il faisait des concours de labour, et je découpais les articles de journaux qui avaient trait à ses… pas à ses exploits, mais son, son travail, et un jour il m'a dit, tout ça il me dit, tu découpes les, les articles mais ça vaut… c'est quand même pas c'que tu fais toi, et là il était dans l'erreur, parce que moi j'aurais pas fait c'qu'il aurait… si j'avais fait, si j'avais monté sur son tracteur, puis que j'avais concouru pour un meilleur ouvrier de… meilleur ouvrier de France concours de labour, j'y serais pas arrivé hein, c'est certain, j'aurais même pas réussi peut-être à démarrer le tracteur, puis pas y aller droit, c'est là qu'ils se trompent les gens, on peut être meilleur ouvrier de France dans n'importe quoi, hein, mais, aux yeux des gens, un métier d'art c'est toujours, on y attache quand même plus d'importance, hein

Q- Puis tout c'qui touche aussi peut-être aux monuments, au patrimoine…

R- Voilà, patrimoine aussi le mot, de plus en plus maintenant hein, on a été à une certaine époque, le patrimoine on s'en foutait, d'ailleurs quand on est capable de déclencher des guerres, je pense qu'on ne s'occupe pas du patrimoine hein, aussi bien la vie humaine c'est un patrimoine aussi hein, vous savez j'ai ma… là lundi là… j'ai ma… une petite, ma p'tite fille qui est née, ma cinquième, ben vous savez ça c'est aussi le patrimoine hein, c'est la vie, c'est pas pareil hein, non c'est vrai que dans les… alors dans les monuments historiques, même, même le gars… le manœuvre, quand, quand par exemple un maçon, pose des murs en damier comme ça, avec un, un grès, et des panneaux de silex, quand le… quand on dit au manœuvre va me chercher des silex, ben… il sait, il sait c'qui est beau, il va les choisir, à partir du moment qu'il choisit le silex, ben c'est qu'il aime, c'est qu'il sait que c'est beau, c'est qu'il aime déjà, hein, autrement il amènerait un tas de cailloux pis il dirait bon ben tu te démerdes, hein mais non c'est qu'il aime déjà hein, c'est pas la même chose mais c'est comme j'dis aussi, celui, celui qui travaille pas dans les métiers d'art il a autant de valeur hein, c'est c'qui a fait aussi que le métier manuel a diminué, c'est que… on a pas attaché assez d'importance à revaloriser le métier manuel, moi je me rappelle quand euh… quand on traversait Paris en…à c'temps là, on était habillés en charpentier c'était… c'était le pantalon de velours large, avec le mètre la jauge, on se changeait pas le matin pour prendre le métro hein, on prenait la caisse à outils on prenait le métro comme ça, ben les gens nous regardaient d'un drôle d'air, on faisait pas partie de la même famille, euh c'est un ouvr… on était des ouvriers, ça alors là, ça c'est, alors là alors euh… regardez l'humanité avec des drôles de yeux hein, si on considère qu'il y en a un qui était ouvrier, l'autre… il est bureaucrate et il faut de tout hein, il y a pas… ça c'est justement tant qu'on ne re… tant qu'on revalorisera pas le métier manuel, on ne pourra pas y arriver, ça c'est, c'est, ça a toujours été mon point de vue, le gars qui considère qu'un ouvrier que c'est, c'est… c'est moins que rien parce qu'il est ouvrier, on a tort aussi de dire euh faire la sélection au CES, hein, le gars bon il suit pas des études, bon ben on va en faire… un maçon, on va en faire, hein vous savez il y a des gens, moi j'ai fait des et… j'ai fait charpentier, je dis pas que j'aurais pu faire des longues études j'en sais rien j'ai pas… j'ai pas essayé, ça me serait pas venu à l'idée, ça me plaisait pas, ça me serait pas venu à l'idée, c'est tout, j'ai préféré… j'ai préféré plutôt lire après, mais j'aurais pas pu, j'aurais pas pu, j'ai un CAP de dessinateur industriel, pour dessiner des charpentes, en charpente, mais je m'en suis jamais servi, si je m'en sers maintenant que j'suis à la retraite, mais ça… je pouvais pas… dessiner ça, bon ben… moi je, j'aurais pas dessiner des… des trucs comme ça toute une journée, je me serais enquiquiné, parce que j'aurais été enfermé euh… ça m'aurait pas plu… et je voulais être charpentier, maintenant quelqu'un qu'on lui dit tu vas être charpentier, c'est un gars qui peut pas faire d'études, il peut pas aimer son métier de charpentier, c'est pas vrai, de même que si on lui dit, tu vas être bureaucrate ou tu vas faire de l'informatique si… hein, moi on m'aurait dit de faire l'informatique je devenais fou, c'est vrai…

Q- Ah bon, mais pourquoi c'était dénigré les métiers manuels ?

R- Ben, ben justement parce que… quelqu'un… en campagne quelqu'un qui ne suivait pas les études bon il passait pas son certificat d'études, on le mettait tout de suite, on le mettait tout de suite dans une ferme hein, c'était tout, on cherchait pas non plus, bon t'es bon à rien, tu vas dans une ferme, mais, c'qui n'empêche pas, sans faire des études poussées, on pouvait quand même lui donner une certaine instruction, malgré qu'il finirait dans une ferme, maintenant c'est plus le cas, parce que le moindre cultivateur, maintenant il faut qu'il connaisse l'informatique, maintenant qu'ils travaillent, mais c'était, c'était un tort, moi j'ai, j'ai des copains, j'ai des copains qui avaient pas choisi d'être charpentier, ben ils ont pas fait le charpentier hein, ils sont pas restés hein. J'ai mon… j'ai un frère, il a fait de… il a fait une, il a une formation d'ébéniste d'art, bon, mon père voulait qu'il soit ébéniste d'art, mon père s'est pas, mon père s'est pas opposé à ce que je sois charpentier parce qu'il était menuisier, il a fait sa… il a fait une carrière militaire mais il était menuisier de formation, et… mon frère, il a voulu qu'il soit menuisier, mon frère voulait pas être menuisier, et quand il a eu 21 ans mon frère, ben il a fait son métier, il voulait être marin, marin-pêcheur, il en a chié vous pouvez pas vous imaginer, parce que c'est dur sur un p'tit chalutier, il fait la coquille, il est à Dieppe, ben le jour de ses 21 ans il a… laissé sa caisse, il est parti s'embaucher à Dieppe, ah c'est tout, et puis il était heureux, parce qu'il était marin, pourtant il en chiait hein, plus que moi sur les chantiers, voilà, et il a une formation d'ébéniste d'art, où il aurait gagné beaucoup plus, on habitait Paris, il aurait été dans le faubourg St Antoine chez un, chez un menuisier, il aurait gagné sa vie hein, ( ???) il l'avait pas chez nous hein, mais enfin c'est très dur, hein très dur, puis alors là la vie de famille encore pareil, il part un mois, la vie de famille tintin… en plein hiver quand il gèle où vous avez, moi j'ai vu, j'ai vu des bateaux quand ils revenaient, avec des glaçons, on aurait dit des arbres de Noël hein, puis lui là-dedans… pas, pas pensable… j'y dis mais t'es con hein, il me dit non. Quand je lui disais t'es con, ben je, en fait je le pensais pas parce que… il le faisait parce qu'il l'aimait hein.

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer