Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

La résistance, les allemands, la vie des civils et la collaboration à Pronleroy

Les représailles des allemands après le débarquement des alliés

Q2- Justement avant l'débarquement juste euh… le grand débarquement de… 44 euh… il a, il a eu concentration justement de… les forces françaises d'intérieur euh… qu'étaient justement euh… par rapport à, par rapport à justement euh///

R- Avant///

Q2- ces rassemblements votre euh///

R- beh nous on nous a rien d'mandé d'plus puisqu'on n'était pas va, vraiment dans la zone euh… euh des armées. C'était surtout en Normandie et dans l'Sud de la France où la division… Das Reich remontait sur le front d'Normandie, mais nous on a eu aucun mouvement d'troupes après l'débarquement, aucun, aucun, aucun. Ça n'a rien chan, n'a rien changé pour nous, du tout, du tout. On les a vu rev'nir, un peu… un peu comme l'armée française en 40 euh… par petits groupes euh isolés///

Q2- Les Allemands hein ?

R- les Allemands ben oui, ils étaient d'ailleurs à l'époque où j'vous parle des parachutages, c'était très dangereux pour euh… circuler, surtout pour aller à ces parasusages là, de… on pouvait faire des mauvaises rencontres quoi et ils couchaient dans les villages euh y passaient une nuit, y s'reposaient, y repartaient et y'avait pas d'Allemands là aujourd'hui, une heure après y en avait.

Q1- Et comment ça s'passait quand y, quand y r'venaient comme ça sur les villages euh… en fuite euh…

R- Ah ben… y demandaient… si y'avait des officiers fallait les coucher et si c'étaient des hommes de troupes fallait des bâtiments… pour les loger etc. quoi. Alors en d'autres endroits… y'a eu des attaques, par exemple à… c'est à Maison Rouge à côté, à Covignies, y'a eu… le maquis avait attaqué un convoi, et l'convoi était assez important, ils sont rev'nus au village et ils ont fusillé 20 personnes.

Q1- Oh là, là. Représailles là.

R- Oui, oui.

Q1- Et qui était ce masuis à Covignies Vous n'savez pas ?

R- J'peux pu vous dire de noms hein.

Q1- Donc y'a quand même des actions armées euh… dans la région euh…///

R- Ah oui, oui. Oui mais très, très peu quand même très peu. Alors nous nous sommes euh… avec euh… les gens qui nous avaient parachuté on, dans l'fond nous sommes entrés en action la veille de la libération, mais on l'ignorait, on savait qu'c'était la veille que… les Américains allaient être là l'lend'main. Alors euh nous sommes allés donc avec le, ce… ce capitaine et pis ses deux hommes qui nous a emm'nés donc euh tenir un carrefour de route euh à un endroit et… on n'a pas eu d'chance y'a aucun convoi qui est passé. Alors nous… nous les jeunes on était un p'tit peu déçus, aujourd'hui ben j'regrette pas parce que peut-être que… ça aurait pu mal tourner, mais on était déçus de pas pouvoir euh… avoir fait quelque chose, on était là mais, on n'a servi… à rien quoi.

Q2- Mais justement c'est lorsque… les, les armées euh… l'armée allemande justement revenait justement de… des fonds de… de l'ouest, y'avait comme de l'espoir à c'moment là, on s'disait ça y est euh… concernant une débâcle de l'armée euh… allemande euh… comment vous avez vécu justement ces, ce, ce temps là ?

R- Euh à quel moment vous voulez dire ?

Q2- Au moment où justement euh les troupes allemandes euh revenaient, revenaient d'un, d'la Normandie et du fait que bon euh les alliés avançaient euh d'a, y'avait une avance euh c'est impor///

R- Ah ben nous on était satisfait de… les voir battre en retraite.

Q2- Oui.

R- Ben oui. Mais c'était déjà l'a, une armée désorganisée, ce n'étaient que des p'tits groupes, des fragments euh deux camions, un camion, un char quelquefois.

Q2- Mais à c'moment là on en pe, les gens ont pu, auraient pu en profiter pour les attaquer justement.

R- Oui, mais, euh à cause des r'présailles, parce que y'a eu des instructions de surtout de n'pas attaquer trop tôt. Y'a eu l'exemple d'Oradour-sur-Glane et tout ça. Fallait agir à coup sûr hein, vraiment… vraiment au dernier moment, parce que… attention y… s'laissaient pas faire comme ça hein, et à chaque fois c'étaient les r'présailles. A Tulle par exemple on a pendu… euh ché pas euh… 50 personnes, hein///

Q2- A Tulle ça se trouve où ?

R- Ben à Tulle c'est dans le centre ed'la France.

Q2- Ah !

R- A Oradour on a… massacré un village euh… euh à Covignies j'vous cite l'é, l'exemple, c'est pas loin d'ici hein ben… c'est pareil euh… une unité qu'était encore importante, savez ils faisaient pas d'cadeaux hein… les lois d'la guerre euh ça n'existait pas pour eux hein.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer