Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Récit d'un mécanicien à la sucrerie d'Origny-Sainte-Benoîte

L'entente entre les saisonniers belges ou bretons

Q1 : Et avec les bretons ou les belges, il y avait pas des rivalités avec les travailleurs locaux ou… ça se passait bien ?

R : Oh non non non. Non non. J'ai pas eu connaissance de… Non non, au contraire, y'avait même plutôt des… des complicités. Y'avait des… Non, y'avait une très bonne ambiance. Non, j'ai jamais connu de rivalité à ce niveau-là. Non. Non non. Non, c'était… Oh vous savez, c'était un acquis depuis des générations, hein. C'était… Il a même été une époque où en sucrerie il y avait très peu de personnel et c'était beaucoup des belges, même des responsables, qui venaient faire la campagne en France. C'est… Il y en avait énormément. C'est pour ça que l'industrie sucrière belge, en particulier au niveau de la sucrerie raffinerie de Tirlemont, avait développé des programmes de… pour… des programmes pour… comment… pour faire des… de l'instruction au niveau de la production du sucre et tout ça. Ils avaient développé des programmes assez importants. Ils ont été à la base de pas mal de… dans les années, bon 50, 60, déjà dans ces… même peut-être un peu avant, mais avant j'ai pas connu, mais j'sais que dans les années 50, 60, la raffinerie de Tirlemont était un… un exemple, quoi en quelque sorte, pour avoir des références en sucrerie.

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer