Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Récit d'un mécanicien à la sucrerie d'Origny-Sainte-Benoîte

Les conditions de vie et d'hébergement des saisonniers belges et bretons

Q1 : Et les bretons et belges, ils résidaient où alors, pendant les trois mois ?

R : Ah, y'avait des… y'avait des dortoirs, des énormes dortoirs qui existaient à l'époque.

Q1 : A Origny ?

R : Ah oui oui oui. Y'avait… Là, bon… Vous n'êtes pas allés à la sucrerie ?

Q1 : Non.

R : Mais… à la sucrerie, là, quand vous arrivez… quand vous repartez sur Saint Quentin, bon, vous passez un un pont au-dessus de l'Oise, puis après y'a un deuxième pont au-dessus du canal.

Q1 : Oui.

R : Alors, entre les deux, là, à droite, vous avez les bureaux de la sucrerie.

Q1 : Vers une impasse donc ?

R : C'est… y'a une petite impasse.

Q1 : Ouais. Ouais. Il faut

R : Juste avant les bureaux là, et ben, la partie de bureaux que vous avez ici jusqu'à l'hôtesse d'accueil, y'a un endroit, ça fait un porche, comme ça un peu en arrondi, là, c'est l'hôtesse d'accueil, c'est l'entrée des bureaux, jusqu'à là, tout ça, à l'époque, c'étaient des dortoirs.

Q1 : Ah d'accord.

R : Ah c'était… c'était énorme, hein, c'était énorme.

Q1 : Et vous disiez que, par rapport, à l'alimentaire, vous les aidiez un petit peu, c'est ça ?

R : Ben, c'est-à-dire que leur responsable organisait tout, hein. Il v'nait avec des cuisinières, c'étaient des femmes qui v'naient pour faire la nourriture et tout ça. Et nous, on pouvait même y aller manger. Bon, on payait un petit quelque chose, parce que des fois, quand on restait 24 heures, bon des fois, on allait chercher même un casse-croûte ou on allait manger avec eux. Et, uniquement au niveau alimentaire et on leur retenait quelque chose sur leur paye, uniquement au niveau alimentaire. Mais pour le reste, c'était, c'était gratuit, enfin ils étaient hébergés.

Q1 : Ah d'accord. C'étaient des convives ?

R : Oui oui. C'était… Bon c'était une coutume, comme ça, qui durait…

Q1 : C'est curieux qu'il… qu'il n'y ait jamais eu de… de de personnes qui viennent travailler comme ça pendant les campagnes, qui soient décidées un jour de rester ?

R : Non, je… Non, j'en… Ah, y'en a eu à Origny. Y'en a eu un là, comment que c'était… Il… Il est venu comme ça. C'était un breton, puis il est resté ici à l'époque.

Q1 : Il est pas… Il est plus là ?

R : Si si. Il est toujours là. Même ses enfants tout ça. Il est resté ici. Oui, oui.
.

Q1 : Et vous êtes resté en contact avec ce monsieur alors ?

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer