Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Récit d'un mécanicien à la sucrerie d'Origny-Sainte-Benoîte

Les maisons prêtées par la sucrerie et la prime logement/éclairage/chauffage accordée aux ouvriers

même son fils, il est dans la maison qu'on vient de quitter, c'est lui qui l'a rachetée après que… parce que bon, la sucrerie, maintenant, ne va plus loger, ne va plus… Alors, ils revendent leurs maisons et son fils, enfin, un de ses fils, a racheté la maison qu'on était dedans.

Q1 : Vous étiez dans une maison de la sucrerie ?

R : Moi, j'étais dans une maison de la sucrerie. Oui.

Q1 : D'accord. Mais quand quand on dit ça, une maison de la sucrerie, ça appartenait à la sucrerie ou c'était, par exemple, un prêt qu'ils vous avaient accordé…

R : Non non non non. C'était à la sucrerie.

Q1 : Ah d'accord.

R : C'était à la sucrerie.
Q1 : OK.

R : Ah oui. C'était… c'était à la sucrerie.

Q1 : Mais vous êtes restés combien de temps dans cette maison-là ?

R : Oh, on est resté de 67 à 95. Alors ça fait…

Q1 : 28 ans.

R : 28 ans. Oui.

Q1 : Vous êtes restés 28 ans là-bas.

R : Oui, oui.

Q1 : Et depuis 95 vous êtes ici donc.

R : Depuis 95, on est ici, oui.

Q1 : D'accord. OK.

R : Oui, depuis 2004, depuis janvier 2004, j'suis en retraite.

Q1 : Donc, c'est à partir du moment où c'est… coco c'est vous qui avez décidé de partir ou… ça s'est passé comment ?

R : Ah ben disons que… oui, bon, comme je savais qu'il me restait que quelques années pour… avant de partir en retraite, bon avec ma femme, on… on a commencé à r'garder, mais sans vraiment chercher quoi, on commençait à r'garder pour acheter quelque chose, parce que, bon il bien évident que, quand on n'est plus salarié de l'entreprise, bon, on est obligé de partir, hein. Alors, on avait commencé à r'garder puis un beau jour, on est venu voir cette maison, puis elle nous a plu à tous les deux et puis, bon, on l'a rachetée, puis du coup, on a habité dedans. Ça s'est fait comme ça, hein. Ça s'est fait comme ça. Mais disons qu'on était… il y a une petite précision quand même à…à ajouter, c'est que si vous voulez, on était logé par la sucrerie, mais c'était pas entièrement gratuit. Si vous voulez, on avait droit à une prime au logement. Et puis cette prime-là, ils nous la retenaient sur le… sur le salaire, hein. On avait droit à une prime mais ils nous la retenaient, tout au moins pour ceux qui étaient logés par l'entreprise. Tandis que les autres salariés, eux, ils avaient droit à la prime au logement. Ils avaient droit à une prime… même c'était… ça allait plus loin que ça parce que c'était une prime au logement, on touchait un peu d'électricité, par exemple une prime pour l'électricité et puis le chauffage. Dans les débuts qu'il y avait cette prime-là, bon c'était sous forme de charbon, puis après, ça a été une prime en… une prime en liquide, en argent quoi. Alors, y'avait donc une prime, c'était une indemnité logement, chauffage, éclairage qu'on appelait ça. Mais même les salariés y avaient droit aussi. Sauf que, bon, comme voilà nous, bon, on était logé, puis la prime de logement, ils nous la retenaient quoi. L'indemnité de logement, ils nous la retenaient. Alors, si bien que nous, quand on est parti, si vous voulez quand on est arrivé dans cette maison-là, cette prime-là de logement, elle m'a été versée, au lieu d'être retenue, elle m'a été versée, du fait que j'étais plus dans un logement de… d'entreprise.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer