Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Récit d'un mécanicien à la sucrerie d'Origny-Sainte-Benoîte

La perte de la mentalité des ouvriers : la diminution de l'implication des familles

Q1 : Il y a encore un peu une mentalité comme ça ou une mentalité particulière, maintenant en sucrerie ?

R : Oh, moins. Je vous dis, parce que maintenant avec les 3/8 et tout ça, bon, c'est plus du tout le même rythme. Bon, les familles ne sont plus autant impliquées dans le… dans la campagne. Mais, bon, c'est toujours quand même une période de l'année un peu particulière. Mais plus autant que quand on faisait 12 heures. Quand on faisait 12 heures, bon, y'avait pas de mystère. Comme on n'avait pas une seule journée de repos sur toute la durée de campagne, on était investi pratiquement jour et nuit, parce que bon, quand on rentrait d'avoir fait 12 heures… parce que bon, à l'époque qu'on faisait 12 heures, en plus, c'était beaucoup… le travail était plus manuel, était plus… alors quand on avait fait nos 12 heures, bon ben, vous savez, y'avait pas besoin de nous bercer pour nous endormir. Alors, autrement dit, ben on rentrait, c'était… on rentrait à 6 heures du soir, bon ben, on prenait une douche ou quelque chose, on mangeait le repas du soir puis on avait qu'une hâte, hein, c'était d'aller se coucher. On regardait pas la télé jusqu'à 2 heures du matin, hein, ça c'était clair. Ça c'était clair. Alors, c'était quand même pas le même rythme. On était… La durée de la campagne, on était investi complètement dans la campagne, même la famille, hein, en faisant 12 heures, même la famille hein, comme je vous disais. C'était…

Q1 : C'était occupant.

R : Ah oui oui oui. Tout le monde était investi. A des degrés différents, bien sûr, mais… Ah en faisant 12 heures, c'était clair que… y'avait pas de vie familiale possible en dehors de la maison, hein. On pouvait pas dire qu'on allait aller à une… à un mariage ou je n'sais quelle fête dans la famille, hein, événement familial, on pouvait pas, hein, ça c'était clair.

Q1 : Toute la famille était donc prise en otage, un peu ?

R : Oh oui, un peu, hein.

Q1 : Oui.

R : Ah pas… enfin bon, eux, y pouvaient mais… bon c'était quand même un peu difficile quand même hein, c'était plus difficile.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer