Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier polyvalent à la sucrerie d'Origny-Sainte-Benoîte

Le travail sérieux des saisonniers bretons

Q1 : En parlant maladie, vous n'avez pas eu, jamais vous n'avez eu de maladie à cause de votre travail ?

R : Non, j'ai même passé des choses incroyables.

Q1 : Comment ça ?

R : En début de campagne, comme en ce moment qu'il n'y avait pas d'eau, on était alimenté par la rivière.

Q1 : Oui.

R : Alors la rivière là, vu qu'y avait pas d'eau, il fallait faire un barrage. J'ai dû aller dans la rivière qu'il faisait froid, avec des bottes, amener des sacs de gravier, les mettre l'un sur l'autre pour faire monter l'eau.

Q1 : Et c'est vous qui faisiez ça ?

R : Y avait pas que moi, il y avait une équipe à ce temps-là.

Q1 : Oui, il y avait l'équipe de la sucrerie.

R : Il y avait les bretois qui venaient travailler à ce temps. Moi, je vous parle dans les débuts.

Q1 : Les bretons ?

R : Oui, il y avait des bretons qui venaient là. Tous les ans, il y avait deux cars de bretons. Ils avaient même une cantine à eux.

Q1 : Ouais.

R : Allez hop ! allez chercher les bretons, allez dix bretons par ici, hop, tout le monde y allait. Amener des sacs, monter des sacs pour faire monter l'eau pour avoir de l'eau pour la…

Q1 : Et ça allait avec les bretons, non ?

R : Oh oui. On n'a jamais été embêté avec eux.

Q1 : Ouais, jamais ?

R : Non, ils travaillaient sec eux.

Q1 : Ouais.

R : Faire des heures, fallait dire tu viens, on vous appelle.

Q1 : Il n'y a jamais personne qui leur en a voulu par exemple de venir travailler ici ?

R : Oh non, on était même bien avec eux. Quand ils arrivaient, ils faisaient le tour le tour de l'usine pour voir les mecs, tiens untel, tiens untel, ça va ? et toi ? et pis…

Q1 : C'étaient des habitués qui venaient chaque année.

R : Oui, tous les ans, ils venaient. Ils faisaient les petits pois, et pis après ils venaient à la sucrerie.

Q1 : Les petits pois ?

R : Oui, en Bretagne, ils font des des champs de pois, ils faisaient tout leur marchin, pis après, ils étaient à la sucrerie.

Q1 : C'est moins lourd qu'une betterave, quand même.

R : Pis après c'était le bois, quand qu'ils rentraient c'était du bois qu'ils faisaient.

Q1 : Et vous, donc après, vous avez, donc pendant trente-cinq ans, ça a été du graissage pendant les campagnes et tourneur inter-campagne.

R : C'était inter-campagne.

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer