Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier polyvalent à la sucrerie d'Origny-Sainte-Benoîte

La tâche de distillateur et de graisseur pendant la campagne

Mais là, pendant la campagne, en campagne, j'ai fait le graisseur.

Q1 : Graisseur ?

R : Graisseur. Alors il fallait d'l'huile, j'avais le bidon avec la graisse. A ce temps là, c'étaient des graisseurs à (???), ils mettaient d'l'huile. J'devais faire la tournée de l'usine, tous les deux heures, il fallait tourner en rond comme ça.

Q1 : Sur tous sur toutes les machines donc ?

R : Toutes les machines, à ce temps-là, c'était en distillerie, c'était pas encore mécanique, à la sucrerie, c'était pas encore existant, à ce temps-là.

Q1 : La sucrerie n'existait pas encore ?

R : Non, la sucrerie a existé en 50, j'crois.

Q1 : Hum.

R : J'ai marché trois ans en distillerie.

Q1 : Donc, c'était dans une râperie, alors finalement ?

R : C'était une râperie.

Q1 : D'accord. Et euh…

R : En campagne, le vieux, y m'avait dit vous ferez le distillateur. Alors faire distillateur, sans connaître le…

Q1 : (Rire)

R : Le vieux qui était là, il me dit tiens tu vois, là ça doit faire 90, si tu dois maintenir toujours à 90, tu dois alimenter en vin et tu dois mette de l'eau. Pas chauffer trop fort. Des fois, c'était (???) c'étaient des vapeurs d'alcool qui crachaient, vite, on refermait tout, il y avait trois (???).

Q1 : (Rire). Ça devait être marrant à voir.

R : Tant bien que mal, on arrivait à faire de l'alcool quand même.

Q1 : Ouais.

R : On faisait du 90.

Q1 : Et donc, quand, hum, cette cette râperie là, elle se trouvait où ?

R : Et ben dans la cour de l'usine là.

Q1 : Dans la cour d'Origny là ?

R : Ah oui.

Q1 : Ah ouais.

R : Du côté canal qu'elle se trouvait.

Q1 : OK.

R : Et c'est là qu'après qu' on a fait la sucrerie. La sucrerie, elle s'est faite sur le devant.

Q1 : D'accord. Et quand la sucrerie s'est faite, la râperie, elle est… ?

R : Elle a toujours resté là.

Q1 : Elle continue toujours à tourner là ?

R : Elle marche avec le tout marche ensemble.

Q1 : D'accord, OK, ça a été annexé en fait ? Enfin, c'est revenu, OK.

R : Ça existait toujours à ce temps là. Les betteraves arrivaient là-bas, elles étaient passées dans des coupe-racines.

R : Les coupe-racines, c'est des plaques qui tournent avec les betteraves qui tournent dessus.

Q1 : Oui, avec les…

R : Hum, pis après ça passe sur un tapis, pis ça tombe, ça tombait dans dans des cuves.

Q1 : Ouais.

R : Des vasques, y avait, y en avait quatre ou bien huit comme ça. Il fallait la remplir, quand il était plein, fallait remplir l'autre, parce que le machin, il marchait toujours, fallait pas laisser, et pis fallait les bourrer le plus possible parce qu'on en mettait pour le (???).

Q1 : Et vous vous occupiez également des coupe des machines qui étaient coupe-racines justement ?

R : Ouais, de temps en temps j'allais donner un coup de main pour…

Q1 : Sur les lames et tout alors à aiguiser.

R : Oui, affûter les lames, les lames, ils s'affûtaient sur un biseau comme ça, qui tournait, ça affûtait aussi ça.

Q1 : C'est c'est dangereux quand même ce genre de truc.

R : Non, on mettait ça sur deux planches et pis le machin y tournait, tic, tic, tic, il fallait faire la lame égale de chaque côté, pis après l'autre côté, il fallait biseauter pour faire une coupe.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer