Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

La culture betteravière à Bernot et le transport des betteraves à la sucrerie

L'importance de la culture de la betterave par rapport aux autres cultures et les différences au niveau du travail

Q1 : Et ça vous prenait… Je sais pas, si on devait prendre j'sais pas si on devait prendre un camembert, ça prendrait combien de part de votre travail la betterave dans une année ?

R1 : Ah oui d'accord. Compter peut-être un tiers…

Q1 : Un tiers ?

R1 : Entre un quart et un tiers hein. Oui, les travaux au cours de l'année quoi. Parce qu'on peut compter des à-côtés aussi hein. Y a l'apport de fumier après la moisson l'année d'avant quoi. Et le travail de la terre et le labour, puis après la préparation du sol pour pour le semis quoi.

Q1 : Et vous pratiquiez la jachère pour faire tourner l'exploitation ou ?…

R1 : Maintenant, maintenant c'est, c'est obligatoire, mais avant, on faisait pas beaucoup hein.

Q1 : Non ? C'était chaque année.

R1 : Un peu parce que sur le terroir, parce que, aussi, avant guerre, dans les terres de calcaire, on ne mettait pas de betteraves du tout hein. On a commencé à mettre des betteraves quand y a eu une une graine qui s'appelait, comment, des (???), qui poussaient bien en calcaire, puis maintenant, on en met partout des betteraves hein. Parce que dans la Marne, c'est du calcaire et puis y font des rendements comme ici quoi.

Q1 : Et votre père, il produisait de la betterave pour les mêmes raisons que vous ou c'était c'était à la fois pour la sucrerie et également pour le côté favorable de la pousse.

R1 : Oui, c'est ça, pour l'assolement quoi.

Q1 : D'accord.

R1 : Ben on faisait pas grand chose à ce temps-là. Les grosses fermes, y faisaient 8 à 10 hectares, 12 hectares quoi. Parce que c'est toujours pareil, c'était c'était fait à la main, alors, y fallait quand même de la main d'œuvre pour…

Q1 : Et vous avez eu un changement vraiment de production quand la distillerie s'est transfor s'est transformée après en sucrerie ?

R1 : Ben, on a fait toujours à peu près, on a augmenté tout en allant, mais ça n'a pas été une différence subite, ça a été…

Q1 : Ça n'a pas été violent le changement ?

R1 : Non, ça a pas été violent quoi, c'était.

Q1 : Bien d'accord. Et la culture de la betterave, c'est une culture plus facile ou plus difficile que le blé, ça demande plus de travail ?

R1 : C'est pareil quoi.

Q1 : C'est pareil, au niveau …

R1 : Oui, sucrerie ou distillerie, c'était le même le même travail pour nous.

Q1 : Mais entre, est-ce que c'est plus facile de faire du blé ou de l'orge que de la betterave ?

R1 : Ben c'est plus facile, oui si on veut, bien sûr. Quoi que maintenant, y a pas une grosse différence au niveau du travaux. On les sème mécaniquement, on les récolte mécaniquement et y a des traitements chimiques, qu'on bine, une fois ou deux au grand maximum. Mais avant, on binait plus que ça hein. On binait avant le démariage, on binait aussitôt le démariage et on faisait encore une bineuse quelques semaines après hein pour maintenir les betteraves propres, quoi, sans herbe quoi c'est ça quoi.

Q1 : Ouais, donc en fait, le plus difficile, c'était avant, quand on faisait le chargement à la main quoi.

R1 : Ah oui, oh bien sûr.


nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer