Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

La culture betteravière à Bernot et le transport des betteraves à la sucrerie

Le fonctionnement en GAEC et le partage des machines agricoles

Q1 : D'accord. Et par rapport, en fait, vous avez eu votre premier tracteur quand à peu près ?

R1 : Attendez, on l'a eu en 57, c'est pas quand le frangin il est revenu du régiment où il était là-bas, quand il est revenu. Oh ben à partir de 50-51, y avait déjà des tracteurs pour charrier les betteraves hein.

Q2 : Qu'est-ce que vous avez fait de vos chevaux alors ?

R1 : Ben les chevaux, au fur et à mesure qu'ils vieillissaient, ben on les vendait. Ils ont fini à la boucherie les pauvres chevaux.

Q2 : Ils ont fini saucisson.

R1 : Voilà.

Q1 : D'accord, d'accord. Et arrivé là, vous avez commencé avec un tracteur, vous avez fini avec combien ?

R1 : Ah ben les tracteurs, ben j'en avais deux quoi.

Q1 : Deux. Vous aviez des machines à côté pour ?

R1 : Ben pour utiliser, on avait, la la chargeuse, on l'avait à plusieurs hein.

Q1 : Vous vous la partagiez avec d'autres exploitants ?

R1 : Ouais, voilà, c'est ça. Et puis souvent, le travail se faisait en équipe quoi.

Q1 : Vous fonctionniez en GAEC avec les autres ?

R1 : Les grosses fermes, y faisaient ça seules souvent. Les fermes petites ou moyennes, y faisaient avec d'autres cultivateurs, quoi, y faisaient en commun quoi si on veut.

Q1 : Et vous fonctionniez en GAEC ou c'était quelque chose de ?

R1 : En GAEC aussi oui.

Q1 : D'accord. Vous étiez combien en GAEC ?

R1 : Oh ben moi, j'ai fait GAEC père et fils, puis après, on n'a jamais été que père et fils. Puis après c'étaient les deux frères qui étaient, parce que j'ai deux fils qui sont dans la culture, ils étaient en GAEC aussi quoi.

Q1 : Vous ne fonctionnez pas, enfin du moins, vous vous vous ne travailliez pas en équipe avec d'autres familles par exemple, ça restait en famille vraiment ou ?

R1 : Ben si, on a travaillé un peu avec le beau-fils. Non, c'est pas vieux, c'est récent, quoi, mais… Ben, l'arracheuse elle était dans le champ, et pis 2-3 tours d'avance et puis la chargeuse elle suivait quoi. On faisait comme ça hein.

Q1 : Ça tournait finalement.

R1 : Voilà, c'est ça, oui, oui. Non, maintenant, c'est c'est c'est un peu plus compliqué, y a la chargeuse et puis y a le semoir derrière. Souvent, le semoir à betteraves, il est dans le champ avant qu'y soit, que l'arrachage soit terminé.

Q1 : Ah bon ?

R1 : Ah oui. Maintenant c'est comme ça ah oui.

Q1 : Et pourquoi ?

R1 : Ben c'est-à-dire, ça suit hein. De toute façon, le blé, y faut le semer, c'est l'époque. Alors ceux qui ont des tracteurs en suffisance et puis le personnel aussi, eh ben ça suit quoi. Vous pouvez aller dans les champs, vous voyez une arracheuse qui tourne avec deux remorques pour charger. Parce que des intégrales comme je vous le disais tout à l'heure, c'est pas encore répandu tellement hein, y a encore beaucoup plus d'arracheuses qui chargent directement dans la remorque en avançant. Eh ben, vous verrez, y a ça, et puis y a un tracteur avec des engins qui griffent la terre et puis le semoir qui suit.

Q1 : D'accord. Mais comment ça se passait avec les autres agriculteurs ? Vous étiez en relation quand même avec eux, vous saviez ce qu'ils produisaient , ils savaient ce que vous produisiez ou ?…

R1 : Oh à peu près, quoi.

Q1 : A peu près. Y avait pas de concurrence ?

R1 : Non.

Q1 : Ça se passait bien quoi.

R1 : Oui.

Q1 : Et les autres, ils faisaient comment, ils s'organisaient entre eux aussi ou ?

R1 : Oui, bien sûr.

Q1 : C'était des petites ?

R1 : Oui, voilà, c'est ça, oui, oui. Ben oui, au début, ils avaient une remorque basculante pour 2-3, après ils n'ont eu jusqu'à la leur. Et puis, c'est comme ça que ça se passait. Et puis la chargeuse, ils l'avaient pour 4 ou 5 hein.

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer