Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier, délégué syndical à la sucrerie d'Origny-Sainte-Benoîte

L'organisation d'une journée entre le travail, le mandat de maire et celui de délégué syndical

Q : Avec… Donc vous, avec votre poste de… de contrôle de tout ça et en plus, votre… votre… en gros votre mandat de délégué syndical, vous aviez des activités extérieures ou… ?

R : Extérieures à la…

Q : Je veux dire que vous avez une famille à côté ?

R : Ah oui, une femme et trois enfants et pis, j'ai été élu à la mairie en 75.

Q : Oui. Donc, vous étiez déjà élu…

R : Oui, j'étais délégué syndical à la sucrerie, j'étais au comité d'entreprise et pis, j'ai été élu en 75 à la mairie d'Origny.

Q : Ah donc, vous avez un un emploi du temps hyper chargé, quoi ?

R : Oui, hyper chargé. Ben, comme vous avez vu ce matin, c'est tout le temps comme ça. Peu de temps avant, y'avait quelqu'un ici. Donc, c'est en permanence comme ça. Bon, maintenant, bon, je vais laisser tomber… c'est mon dernier mandat. Déjà celui-là de mandat, je voulais pas le faire. C'est des des camarades qui m'ont dit : si, viens avec nous, t'as encore du temps devant toi, c'est bien. Bon, mais comme j'avais acheté une maison à Fort-Mahon, j'avais dit, bon, je m'occupe plus de la mairie, mes enfants sont partis, j'ai le temps de m'occuper de ma maison. Finalement, ben, j'ai très peu de temps pour m'en occuper. Cette année, j'ai dû… elle est souvent occupée, mais c'est pas moi, quoi. Ce sont les enfants, des amis qui y a là qui z'y vont. Bon, y'a du monde dedans, quoi.

Q : Ouais et donc, quand vous travaillez, une journée de… une journée type ça se résumait à quoi finalement ? Vous aviez euh…

R : Pendant la fabrication ?

Q : Pendant pendant que vous travailliez à la sucrerie, en même temps d'avoir ces occupations-là à côté.

R : Pendant la fabrication de sucre, même en tant que délégué syndical, on quittait rarement le poste. Il fallait vraiment un cas exceptionnel pour quitter le poste, parce que, pour quitter un poste, faut se faire remplacer et pour se faire remplacer au pied levé, c'est pratiquement impossible. En fabrication, c'est pratiquement impossible. Il faut vraiment un cas de force majeure. Donc, pendant la fabrication, ça se posait pas. Tout le travail de syndicat ou comité d'entreprise se faisait en dehors des heures de travail.

Q : Ah oui ? Donc, ça vous poussait encore à faire d'autres heures en plus.

R : Oui, mais il faut… faut se mettre à la place des gens qui sont là… qui pourraient vous remplacer et ce sont ceux qui sont en repos, qui ont fait leur travail, donc souvent ils sont… soit ils se reposent chez eux, soit ils sont en famille, soit… Donc, c'est quand même… c'est quand même assez désagréable quand vous êtes chez vous en famille qu'on vous téléphone pour aller reprendre le boulot, parce que le gars, il est délégué syndical, et… Bon, ça c'était un truc… en principe, en principe, c'était exceptionnel quand on prenait une heure de délégation pendant la fabrication.

Q : Ouais.

R : On se débrouillait toujours pour le faire en dehors. Pis, à la mairie… ben, la mairie, c'était le soir, c'était… quand on était de poste l'après-midi, c'était le matin. Quand on était de nuit, c'était l'après-midi.

Q : Quand c'était le samedi, c'était pas le dimanche.

R : Ben, en mairie, on est toujours pris, soit même le samedi et le dimanche. Demain matin, j'ai deux réunions. On est toujours pris.

Q : Donc, vous étiez en perpétuelle course, alors.

R : Oui, oui, mais c'est pas désagréable. Ça passe… ça fait passer le temps. Bon, la famille s'en plaint un petit peu, quoi.

Q : Les enfants étaient jeunes à cette époque-là ?

R : Ben, moi, j'suis arrivé ici, mon fils, le plus vieux, avait 9 ans.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer