Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier, délégué syndical à la sucrerie d'Origny-Sainte-Benoîte

L'évolution du temps et du rythme de travail

Q : Donc, c'étaient des heures… ça vous faisait des journées de combien quand vous avez commencé en campagne et en intercampagne ?

R : Ah, quand on a commencé… moi, quand j'ai commencé en 68, on faisait… on était posté 12 heures et aux changements de poste, y'avait 18 heures.

Q : Vous faisiez 18 heures d'affilée ?

R : Oui.

Q : Avec une pause ou… ?

R : Je l'ai fait un an 18 heures d'affilée, parce qu'après, j'avais… c'est comme ça que ça a commencé d'ailleurs, j'avais dit aux collègues : moi, si vous voulez, on fait 9 heures, on repart chez nous et on revient faire 9 heures. Ça permettait aux collègues de faire 9 heures, de repartir 9 heures et de revenir 9 heures. On faisait le même nombre d'heures dans le même temps, mais en deux fois et c'était beaucoup moins fatigant.

Q : Ouais.

R : Beaucoup moins fatigant.

Q : Parce que, sinon, les 18 heures, c'était sans arrêt ?

R : Ah ouais, ouais. Bon, alors, moi, j'avais constaté, les collègues aussi avaient constaté qu'au bout d'un certain temps, on a tendance à somnoler. On n'est plus… on n'est plus aussi attentifs sur le travail qu'on a à faire.

Q : Ouais.

R : D'ailleurs, aujourd'hui, ça serait pas possible, parce que la personne qui est à la salle de contrôle, par exemple, qui est en permanence sur les écrans, elle n'a pas le droit à la moindre… Il faut qu'il soit là, qui voit toujours ce qui se passe sur ses écrans, parce que c'est lui, maintenant, qui… L'alimentation des betteraves, par exemple, au-dessus des coupes racines, lui, il voit le niveau des trémies, alors c'est lui qui ouvre un petit peu l'eau pour alimenter un peu plus vite, un peu moins vite, pour maintenir, parce que là aussi, il faut savoir que, pour avoir un bon rendement aux coupes racines, l'idéal c'est d'avoir un niveau dans les trémies… dans les herbes qui sont au-dessus.

Q : Ah bon ?

R : Oui, parce qu'il y a un poids, un poids qui s'effectue sur les couteaux. Si vous avez très peu de betteraves dedans, elles ont tendance à sauter à l'intérieur.

Q : Oui.

R : Et vous cassez un peu les couteaux. Si vous avez un poids qui appuie en permanence toujours la même chose sur les couteaux…

Q : Comme une presse ?

R : Comme une presse, c'est idéal, parce que vous avez… on le voit sur les graphiques, vous voyez une ligne, c'est c'est c'est… Donc, c'est le gars qui est à la salle de contrôle qui contrôle ça. Alors, lui, il contrôle la vapeur, il contrôle les sorties de la vapeur, la demande de vapeur, donc, en fonction de la demande, c'est à lui de de fournir. Il contrôle tout, quoi, finalement.

Q : Ouais.

R : Alors, bon, quand il voit dans un coin qu'il y a quelque chose qui peut pas intervenir, il fait intervenir les services compétents sur la… dans ce coin-là, quoi. C'est c'est une bonne organisation. Quand c'est bien organisé, normalement, y'a pas… y"a pas de problème, quoi.

Q : Et après donc, vous êtes passé aux 3/8 là-bas ?

R : Après, on a fait les 3/8.

Q : Ça demandait une réorganisation au niveau personnel et tout ça ou ?

R : Au départ, ils étaient un peu réticents, parce que c'est comme toujours, quand il y a une modification quelque part, le français il est comme ça, il râle. C'est son habitude. Nous, le principal souci, c'était de dire on fait moins d'heures, mais on voudrait quand même gagner notre vie. Donc, on savait qu'en faisant 8 heures, on pouvait pas être payé 12 et c'est comme ça qu'on a dit qu'on prend une part dans les bénéfices, une augmentation de salaire et une part dans les bénéfices et on comble cette différence, quoi.

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer