Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le travail d'un coltineur de sacs à la sucrerie de Montcornet de 1949 à 1987

L'empilement des sacs et la qualité du sucre

Q2 : Moi, y'a un truc… vous avez dit que vous faites des piles de sacs jusqu'à 10 mètres de haut…

R1 : Oui, environ, oui, oui.

Q2 : Mais vous faites comment pour les monter aussi haut ?

R1 : Ben, y'a une machine, je veux dire. Y'a un élévateur, hein. Y'a un tapis roulant… un tapis roulant… là, ils l'ont pas pris là-dessus, j'aurai dû le prendre l'magasinage. C'est bien aussi ça l'magasinage. Y'a un tapis… bon, y'avait les wagons, parce que nous, c'était des navettes. On chargeait là des wagons au magasin… au magasin d'où que c'est qu'on fait le sucre là-bas… à ce temps-là, c'était avant… avant qu'on ait des silos, je parlais de ça.

Q2 : Ah, y'avait un train dans dans la sucrerie même ?

R1 : Oui, oui. Y'avait trois… combien six wagons qui faisaient que la navette alors euh… ils en emplissaient trois, bon, pendant ce temps-là, nous, là-bas, ou moi… moi qui étais au magasin annexe, je parle de ce temps-là, c'est dans les années 50-60, moi qui étais dans les magasins annexes là-bas, nous, on recevait les sacs, on les vidait, tandis qu'y avait une équipe de deux gars, c'était moins dur, qu'emplissaient, qu'emplissaient les wagons. Alors, ça faisait que la navette. C'est pour ça qu'on appelait donc les navettes, parce que le sucre, il se faisait à l'usine.

Q2 : Et pour les monter, donc euh…

R1 : Alors, y'avait un élévateur… alors, admettons, on commençait… bien sûr (???). On mettait des caillebotis qu'on appelle, par terre avec de la paille pour pas que ça te prend de l'humidité et on empilait. Pis après, pis après, on a eu… y'a eu du papier kraft, vous savez, du papier qui empêche l'humidité. Alors, on empilait. On commençait au pied bien sûr. Bien sûr, on commençait en bas, pis tout en allant. Pis, après, on montait jusqu'à 10 mètres de haut. On faisait une pile de 100 sacs. Une pile, c'étaient 100 sacs, 100 sacs de 100 kg. Alors, euh… y'avait donc un lot qui était de ce sens-là, pis l'autre lot, il était de sens-là. Ça croisait les sacs comme ça. Alors, ils étaient numérotés les lots. Y'avait une petite étiquette à chaque sac. Admettons le numéro 722, l'autre c'était 721 jusqu'à…

Q1 : Donc, ça demandait quand même une grosse organisation, même de votre part finalement ?

R1 : Ah ben oui, ah ben oui, hein. Ah oui, oui.

Q1 : Fallait être coordonné.

R1 : Fallait relever tout. Il s'agit pas de dire on empile là. Fallait… admettons, si le patron, il dit : ben, les lots entre 340 et 370, où qui sont ? Si j'avais dit : ah, je sais pas d'où qui sont, j'étais obligé de le marquer. Pis, le numéro 5, par exemple ? Ben, ils sont là. Pis le numéro 5…

Q1 : On vous demandait souvent des lots bien précis et tout ?

R1 : Y'avait des sucres qui étaient plus beaux les uns que les autres. Moi, j'ai vu qu'à la fin, là, on faisait du sucre fin comme ça… je vais vous montrer, parce que ça vient de Guignicourt, mais enfin, on faisait pareil. Je vais vous montrer du sucre comment qu'il est fait. A Bresle aussi… Le sucre, il était comme ça à la fin. Il est petit, des petits grains. Mais, moi, j'ai vu faire du sucre comme des grains de riz là. Vous avez du riz. Ben oui, hein.

Q1 : Aussi gros que ça ?

R1 : Ah ben oui, plus le sucre il cuit… parce que là, quand on montait une cuite, je vous dis… quand on montait une cuite, bon, on la montait peut-être… à la fin, peut-être en deux heures et demi, trois heures, mais j'ai vu faire une cuite en six heures avant, parce qu'on avait le temps de la faire. Ils avaient le temps les cuiseurs. Vu que ça pressait pas, ils avaient le temps. Y'avait pas de jus assez pour pouvoir l'alimenter rapidement, alors là, ça faisait du grain.

Q1 : Plus le grain est gros, plus il était meilleur ou… ?

R1 : Plus il cuit… Ah, y'en a qui aimait pas.

Q1 : Ah bon ?

R1 : Ah non, non, ça fond moins vite que du sucre comme ça. Et les allemands, ils voulaient que ça. Parce que nous, on livrait l'Allemagne. Eh ben, ils voulaient ça. Ils voulaient que du gros grain, tout le temps. Ils regardaient d'abord. (???), il regardait. Ah oui, ah, pas beau, hein… Ah oui, oui, ça c'est vrai.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer