Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le travail d'un coltineur de sacs à la sucrerie de Montcornet de 1949 à 1987

La fermeture de la sucrerie de Montcornet

Q1 : Les gens qui étaient à Montcornet… y'en a eu beaucoup qui sont partis justement à Guignicourt là pour travailler là-bas ?

R1 : Ah, ben moi, j'y étais pendant deux mois avec un copain. Nous, on était en préretraite, parce que moi, j'suis parti en préretraite. J'suis parti le 8 mai… le 10 mai 88.

Q1 : Ouais ?

R1 : Alors, j'avais… j'avais jusqu'à la fin mai à travailler, mais, enfin, comme j'avais encore des congés et tout ça, j'ai fini le 10 mai, quoi. J'ai travaillé à Guignicourt pendant une paire de mois, mais, enfin, nous, on faisait pas grand-chose, on était à deux là.

Q1 : Mais euh… ouais, comment comment ça s'est passé… officiellement, ça s'est fait comment la fermeture ? Vous l'avez appris comment officiellement vraiment ?

R1 : Ben oui, officiellement, on était en congé.

Q1 : Ah ouais.

R1 : On était en congé, pis le 4 janvier 1989… attend, 88, 88, pas que je dise de connerie… c'était la campagne 87-88. Le 4 janvier, quand on est rentré là-bas à Montcornet pour faire le boulot, bon, ben… on avait déjà mis le nettoyage en route, tous les karschers, ils étaient déjà en batterie, mais comme on a eu 15-10 jours de congé ou 15 jours je me rappelle plus, bon, on a pris les congés, c'était normal.

Q1 : Ouais.

R1 : Alors, c'était pendant Noël. Alors, on a rentré là le 4 janvier au boulot. Alors, tout le monde, il était… tout le monde était réuni au bureau, tous les chefs, pas nous… tous les chefs, réunion de bureau, bon, ben, c'est tout. On est resté une paire d'heures là-bas, pis y'avait des chefs de Guignicourt, y'avait tout ça qui était là. Sucre réunion ça, parce que c'est Sucre réunion tout ça.

Q1 : Ouais.

R1 : Alors, bon, on attend. On était toujours en train de charger des camions, tout ça… pis, y'avait toujours des camions. D'un seul coup, vlà le chef… le chef du sucre, Monsieur qu'on l'appelait, eh ben, qui arrive, tout ça et il dit : ça y est, l'usine, elle ferme. J'ai dit : bon, ben, quand ? Il dit : ah ça y est, c'est fini aujourd'hui.

Q1 : Comme ça euh… ?

R1 : Ah oui, c'était fini. Même j'ai mis… même…nous moi, quand ils sont venus là, celui qui s'occupait du personnel, il m'a dit : bon, vous avez encore une paire de mois à travailler, deux-trois mois, jusqu'au mois de mai, 5 mois même. Il dit : bon, ben vous, vous allez à Guignicourt, untel il va à Saint-Germainmont, je sais pas, en tout, y'a au moins une vingtaine qu'ont parti à Saint-Germainmont et Guignicourt. Lui, il était à Saint-Germainmont, lui.

Q1 : Et le reste ?

R1 : Ben, le reste… le reste, on était plus de 20 en préretraite, là, 23-24, pis euh… y'en avait dedans qui sont partis, qui n'ont jamais retravaillé à la sucrerie, y'en a… y'avait des électriciens, ils ont demandé leur compte et pis, ils ont trouvé du boulot à droite à gauche.

Q1 : Ça a provoqué de la misère dans le coin ou quoi, ça ?

R1 : Ben non, parce que les gars, ils ont été replacés tous. Ah, ceux ceux qui voulaient retravailler… continuer à travailler, ils étaient replacés. Ah, ça, pour ça, y'a pas eu un gars foutu dehors.

Q1 : Ouais.

R1 : Non, non, mais y'en a dedans qui sont partis d'eux-mêmes. Y'en a qui ont dit : ah, je veux pas travailler à Guignicourt, je veux pas travailler à Saint-Germainmont et pis… ah oui.

Q1 : Et vous avez été accueillis comment à Guignicourt ?

R1 : Ah, plus ou moins bien. Enfin, moi, j'ai pas à me plaindre, moi. Nous, comme on était à la préretraité, nous, on s'en foutait totalement. Mais, il paraît… il paraît qu'il y a des gars, ils étaient jaloux. Ah oui, y'en a dedans ça leur plaisait pas que ceux de Guignicourt… ceux de Montcornet étaient venus à Guignicourt. Ah oui, ça… La jalousie, j'sais pas. Y'en a toujours… mais pas tous, y'avait des gars gentils aussi, faut pas dire tous non plus, mais plus ou moins… ben oui, ben oui.

Q1 : Et y'avait une compétition entre les sucreries ou… ? Par exemple, entre Montcornet et Guignicourt ? Ç'aurait peut-être plus expliqué qu'ils soient pas trop…

R1 : Ah oui, y'avait de la…

Q1 : Oui, entre sucreries ?
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer