Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le travail d'un coltineur de sacs à la sucrerie de Montcornet de 1949 à 1987

Le chargement des péniches en sucre

R1 : Non, non, non, ben on a fait des péniches aussi. On a fait des péniches à Asfeld, des péniches de sucre aussi. A ce temps-là aussi, je m'occupais aussi des péniches, là-bas à Asfeld. Alors, la péniche, on la pesait en… en combien de jours ? 2.500 quintaux… oh, deux jours, je crois deux jours, on faisait une péniche.

Q1 : Et vous la chargiez où ?

R1 : Ben, on chargeait des camions à Montcornet… deux-trois camions qui faisaient la navette… trois-quatre camions. Pis, alors, à Asfeld, au quai d'Asfeld, ça fait au moins 25 km de Montcornet.

Q1 : Dans la péniche…

R1 : Oui, les péniches, oui. Tandis que Saint-Germainmont, eux, le canal, il passe à côté de la sucrerie là-bas. Alors, ça va quand ils pesaient ils pesaient des péniches. Et ce temps-là, on mettait encore les sucres en sacs. Fallait découdre les sacs et pis, les vider… quand c'était en vrac, je parle, les vider là dans le bateau, tandis que quand c'était en sacs, là, c'était dur aussi à faire une péniche, parce que… j'sais pas si vous avez déjà vu une péniche… mais y'a le logement de la péniche, les gens qui habitent dedans… bon, y'a la cale du bateau, en dessous y'a une hauteur comme ça, y'a moins 3-4 mètres… 3 mètres au moins… oh oui, plus que ça, peut-être 3-4 mètres, il faut mettre les sacs dans le fond pour que ça charge tout. Alors, fallait… fallait mettre le sac sur le dos, passer en dessous et le mettre dedans. Ça, c'était du boulot.

Q2 : On pouvait pas être debout dans la cale de la péniche ?

R1 : Non, non. Pis après, une fois que c'était plein, on repesait la péniche. Pis là, une péniche à faire, c'est difficile parce que là, y'en a 5 sacs de trop, parce que pour prendre… pour prendre les échelles, moi qui s'occupait des échelles avec le marinier, oh, ben là, le marinier, il dit : y'en a trop là, y'en a… alors fallait retirer des sacs là et les remettre là-bas, pour pas que les échelles… qu'elles soient dégagées.

Q1 : Ah ouais ?

R1 : Ah oui, oui. Ah ouais.

Q1 : Mais c'est un travail de précision quand même ?

R1 : Ah oui, oui, je ne savais pas que c'était… c'était si… ah oui. Trois sacs de sucre d'un côté, on le voit.

Q1 : Et, on vous a fait faire ça en préretraite ?

R1 : Oh non, non.

Q1 : Non ?

R1 : Oh non, non, j'y allais plus, même en préretraite.

Q1 : Ah bon ?

R1 : (???) quand j'étais en retraite. Y'a un moment qu'on en faisait plus de péniches après.

Q1 : Ouais ?

R1 : Oh oui, au moins 5-6 ans qu'on en faisait plus. Oh oui, oui, peut-être plus que ça même, oui. Moi, j'en pesais à peu près une vingtaine par an de péniches.

Q1 : Quand même ?

R1 : Oui, oui.

Q1 : Ça fait beaucoup.

R1 : Ben oui.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer