Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le travail d'un coltineur de sacs à la sucrerie de Montcornet de 1949 à 1987

Le traitement du sucre

Q1 : Et vous le chargiez comme le… le sucre dans le wagon ?

R1 : Ah, par vrac… en vrac, par tapis roulant. Là-dessus, il y est pas dessus, on le voit pas les chargements en vrac. C'est pour ça… c'est pour ça j'avais acheté la… la cassette là, parce que, moi, ça m'intéressait tout ça. Alors, ça, je vais vous expliquer. C'est ça les turbines… le turbinage, vous voyez. Alors ça, c'est… ça c'est… mais nous, c'était pas fait comme ça… enfin, c'est le même système. Alors ça, ça là, c'est l'évaporation qu'on appelle. On retire l'eau, parce qu'il y a toujours de l'eau qui… on retire l'eau du jus pour que ça soit un pur jus. Alors, automatiquement, après, ça, là, ça va… ça va dans les cuites. Alors, les cuites que je vous ai dit tout à l'heure, pour grainer. Après, quand… comment le malaxeur, je vous ai dit, parce qu'on remplit des malaxeurs, au bout d'un moment, le malaxeur qui refroidit, on prend tout en allant, y'a plusieurs malaxeurs, on les prenait tout en allant. Alors, y'a… y'a un gars qui s'occupe car il est là, le voilà, du turbinage. Alors, c'est le turbinage automatique, tandis que moi, j'ai commencé, moi, en 49-50-51, les gars, ils démoulaient les turbines avec des palettes.

Q1 : Ah ouais ?

R1 : Ah oui, oui, oui, ah oui, oui.

Q1 : C'était difficile ?

R1 : Ou bien, ou bien après… ou bien après, c'était une espèce de bêche qui frottait à l'intérieur de la turbine et pis qui descendait le sucre tout en allant sur les…

Q2 : Qui raclaient ?

R1 : Sur les tracettes… oui, oui, ils raclaient. Mais après, après, automatiquement, tchiou, tchiou, tout était automatique, alors… admettons, si elle tombait tous les… tous les à 30 secondes ou une minute 10, tandis que celle-là, elle turbinait, elle tombait, elle arrêtait, elle refaisait son travail, elle remettait en route, pis hop, automatiquement, ça déclenchait. Tout était par automatisme après. Alors, de ça, c'est pas le tout de turbiner le sucre, c'est la masse cuite… et dedans, on a enlevé… ils appellent ça du… des égouts, des égouts riches et des égouts pauvres. Alors, les égouts riches, c'était, c'est quand il reste beaucoup de sucre encore dedans. Alors ça, ça, ça, c'est ça que je voulais dire, c'est comme un cochon, on récupère tout. Ça allait dans des bacs derrière là. Ça allait là dans des bacs. Alors, attendez, là… pis, les égouts pauvres, on les mettait de côté pour faire du 2… du 2ème jet… du 2ème jet encore et le 2ème jet, on faisait de la refonte avec ça.

Q1 : C'était pour le… pour le retraiter ?

R1 : Pour en remettre encore dedans, toujours pour, toujours pour que ça va là dans le circuit. Alors, quand on mettait une cuite, que je vous ai dit là, du sirop pur pour commencer, pis après on mettait du sirop au fur et à mesure mélangé avec de la… comment des égouts riches. Les égouts riches, c'est une espèce de sirop… des égouts riches, et pis des égouts pauvres qui est plus pauvre que le riche, bien sûr. Alors…

Q1 : Y'avait pas de perte, quoi ?

R1 : Ah, y'avait pas de perte.

Q1 : Tout état refait.

R1 : Alors, vraiment, maintenant, les dernières... ça c'est le deuxième jet derrière, on le voit pas bien, là, vraiment, qu'est-ce qui reste… comment… comme égout là ? Alors, là, c'est la mélasse, y'a plus… y'a peut-être plus beaucoup de sucre là. Y'a peut-être 2-3 % là.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer