Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier turbineur à la sucrerie de Montcornet

Les syndicats et les grèves

Q : Et y avait euh des, ces conflits là, est-ce qu'y se ressentaient dans, dans ce qu'on aurait, dans ce qu'y avait des syndicats et tout dans Montcornet.

R : Y z'ont monté un syndicat, oui. Oui, oui, un syndicat FO.

Q : Ouais.

R : Ouais.

Q : Et ça a donné quoi ça ?

R : J'n'en ai même pas fait partie.

Q : C'est vrai ?

R : Non, parce que y devaient monter un syndicat, euh, comment qu'on appelait ça, CGT j'sais pas quoi là, et pis, ça n'a pas marché. Ben oui, parce que y avait, c'était parti, bon ben c'est tout, alors moi un jour j'ai dit, y a un gars qu'est venu me voir, y m'dit tu veux pas faire partie de. Oh je dis, non, pourquoi que l'autre vous n'avez pas voulu monter ça, pis qu'là vous voulez, c'est tout. Ben, y en a qui l'ont fait.

Q : Et pourquoi CGT ça n'a pas marché à votre avis ?

R : Ben, j'sais pas, y avait certainement un truc, oh la, j'peux pas vous dire vraiment ce qui se passait, mais enfin, y avait les gars qu'ont été poser des affiches pour, pour les gars de la sucrerie, tout ça. Bon, que moi j'ai jamais été. J'mangeais pas de ce pain là moi.

Q : Non plus.

R : Ah non, non, non, non.

Q : Et c'étaient quoi les revendications qu'y faisaient eux ?

R : Ben, c'est-à-dire c'était pour, comment que j'vous dirais, moi, pour que la droite reste toujours la droite, quoi, c'est toujours ça, c'était toujours ça.

Q : Le FO ?

R : Oui.

Q : La force ouvrière.

R : Euh, non même, euh Force Ouvrière, oui, c'était…

Q : FO c'est Force Ouvrière.

R : Oui, oui c'était Force Ouvrière, oui, mais enfin, FO c'était pas, à ce temps-là, moi j'ai connu ça, c'était pas… Après ça a venu FO qui était, qui avait changé. Hein, je sais pas si, vous êtes jeune non ?

Q : Ouais.

R : Ouais d'accord, justement. Alors, après on a vu quand même que FO il avait changé quand même.

Q : Pourquoi, au début c'était comment ?

R : Ben, c'était plutôt, j'sais pas, ça plaisait pas, quoi.

Q : Ouais.

R : Et beaucoup, beaucoup ils savaient ça. Nous c'était Force Ouvrière, c'était défendre la classe ouvrière, quoi.

Q : Ouais.

R : FO y défendait ou y défendait pas. Alors, eux après y z'ont monté ce truc là, tous ces gars là y z'en ont fait partie. Tous y z'en ont fait partie hein.

Q : Les gars, les, les contremaîtres et tout ?

R : Tous, y z'en ont fait partie.

Q : C'est curieux ça.

: Ouais, mais ces gars-là y étaient pas fous hein.

Q : Donc, ça intéressait, ce qui vous a intéressé c'était, ben ce qui vous intéressait pas surtout c'était de s'retrouver finalement avec des gens avec qui vous partagiez peut- être pas les mêmes choses.

R : Ben c'est-à-dire, oui, oui, parce que bon, après y z'en ont mis des gars, comment qu'on appelait ça, comité d'entreprise qui marchait comme ça, bon, ben ces gars-là qu'on connaissait nous, oh c'était des, fallait pas parler des patrons, et patati et patata, bon ben, moi, j'étais rien pour le patron, puisque je travaillais, mais enfin, euh, on voyait quand même qu'y avait quelque chose quand même.

Q : Ouais.

R : On voyait qu'y a quelque chose quand même.

Q : ça s'sentait ?

R : ça s'sentait, ben oui, ça s'sentait bien même. Oui.

Q : Mais qu'est ce qu'y z'ont fait euh…

R : Mais, sans ça, moi j'ai jamais eu d'histoire à la sucrerie de question de ça. J'ai pas fait partie de ça, mais j'ai jamais été posé d'affiche rien du tout pour personne.

Q : Ouais.

R : Ni l'un, ni l'autre.

Q : Y avait des grèves aussi ?

R : Non, oh non, j'ai jamais vu de grèves moi, non, non. Ah si, moi j'ai fait grève une fois c'était avec des gars de Saint Quentin. Ah, c'était, oh c'est vieux, c'était au moment où, ma femme était à l'hôpital Necker, j'm'en rappelle, à Paris et, j'arrivais pas à l'avoir. J'vais au bureau, Jacques Lisse était là, j'm'en rappellerais toujours, y m'dit, qu'est-ce qui s'passe à Paris. Ben j'dis ma femme elle dit que ça barde, pis moi j'étais un ptit peu encourageant hein, vous voyez ce que je veux dire, j'ai fait un, elle dit qu'ça barde là-bas hein. Ah bon, ah bon y faisait. Alors donc y avait eu une grève, mais moi, j'ai, comme ces gars là y z'étaient de Saint Quentin, eux y faisaient la grève. J'étais obligé de faire la grève avec eux.

Q : Ouais.

R : J'étais obligé de suivre quoi, mais j'faisais pas la grève vraiment comme eux y faisaient quoi, mais j'restais, on travaillait pas. Mais enfin, ça a duré quoi, une paire d'jours, quoi c'est tout.

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer