Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier turbineur à la sucrerie de Montcornet

Les actions du comité d'entreprise

Q : Et pour en revenir au comité d'entreprise, c'étaient quoi leurs actions vraiment ?

R : Ben, eux c'était pour euh, comment que j'vous dirais moi, par exemple un gars qui manquait beaucoup tout ça, un comité d'entreprise il avait le droit au bout d'un moment de dire, bon ben le gars-là y faut qu'y soit éjecté, quoi par exemple.

Q : Ah ouais.

R : Ah, comité d'entreprise c'était ça, hein. Mais, y avait pas que pour ça, y avait pas, y avait pour le travail, y avait pour ça, d'ailleurs, y z'avaient le droit à tant d'heures par, quand y z'avaient une réunion tout ça hein.

Q : Et c'étaient quoi les autres actions qu'y faisaient eux ?

R : Ben, après, qu'est-ce qu'y z'ont fait.

Q : Grosso modo ça a été quoi ?

R : Ben, après y z'ont monté un truc pour euh pour qu'on paie moins cher, vous savez pour les produits, avoir moins cher tout ça, alors y z'avaient, ( ? ? ?) moi, un jour, le petit magasin tout ça. Alors, on avait des choses comme ça. Mais, après y s'occupaient pour le Noël, y s'occupaient pour le jour de l'An, tous ces trucs là quoi. Parce qu'à Noël, on avait toujours un colis hein.

Q : Ah ouais.

R : Ah oui, oui, question de ça, on avait, oui, oui, on avait quelque chose.

Q : C'était quoi, comme colis ?

R : Ben des fois c'étaient des bouteilles de vin ou une bouteille de champagne, des trucs comme ça, des chocolats, des trucs comme ça. Ah oui, oui.

Q : Donc, sur c'plan là, ça allait quoi.

R : Ah oui, c'était bien, c'était bien même, oui, oui.

Q : Mais, y s'occupaient

R : Mais, c'était bien, pis c'était pas bien parce que vous aviez des gars qui, par exemple, comme, j'ai connu des gars, qui z'étaient pas mariés, pis qui, automatiquement y z'avaient pas d'enfant, tout ça, ces gars-là, y z'avaient pas le droit à, y z'avaient le droit un ptit colis, mais pas, pas comme nous, par exemple, c'était pas normal.

Q : Comment ça ?

R : Ben, c'est-à-dire que si on donnait à l'un, y fallait donner même aux gars qui n'étaient pas mariés par exemple. Hein.

Q : Ah, parce que le, les personnes elles z'étaient euh, on leur donnait quelque chose en fonction de…

R : On leur donnait quelque chose, mais moins, peut-être moins par exemple. Tandis que mon fils, il a travaillé à Rozoy, eux y z'avaient des cadeaux, c'était, tout le monde hein, tout le monde y avait droit hein. Alors, donc, déjà là, vous voyez c'était déjà un, mais j'me rappelle même que les saisonniers quand y travaillaient, à Noël, à la fin de la sucrerie, y z'avaient une bouteille de champagne, y z'avaient droit à une bouteille et quand y a eu c'te comité là qui a été monté, les saisonniers n'ont pus jamais rien eu. Ah, c'est là que j'ai commencé à dire, tiens, là, c'est là qu'on voit, le saisonnier, dans l'fond, il le mérite, il était là, il travaillait hein.

Q : Et ça, c'étaient qui ces saisonniers là ?

R : Ben, mon fils qui avait fait le saisonnier,

R : Oui, au départ c'était, au départ c'était, c'était…

R : Au départ, y z'avaient une bouteille, pis après c'était fini, les années d'après c'était fini quoi.

Q : Ouais.

R : Il a fait une paire d'années comme ça quoi.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer