Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier turbineur à la sucrerie de Montcornet

Le travail des femmes à la sucrerie

Q : Et y avait donc des femmes qui travaillaient là-bas ?

R : Ah oui, y a eu des femmes, ah ben, au…

Q : Mais elles faisaient quoi ?

R : Au laboratoire, c'était.

Q : Uniquement au laboratoire alors ?

R : Ah oui, ah oui, juste au laboratoire, ah oui, oui.

Q : Et ça consistait à quoi alors leur…

R : Elles faisaient les analyses de, pour les jus, pour ceci pour cela, quoi. Alors des fois, y venaient aux turbines chercher un échantillon d'suc.

Q : Et ça demandait quoi, ça demandait euh…

R : Ben, pour voir la qualité du sucre tout ça.

Q : Mais, ils le calculaient comment, avec des tests…

R : C'est des tests qui faisaient au laboratoire, oui, oui.

Q : Ah ouais, donc elles devaient être formées alors les femmes là-bas ? avant de faire ça.

R : Oui, oui, oui, oui. A pis après, y avait des femmes pour laver les, les machins, les chaudrons, tout ça. C'était bien, c'était bien. Moi, question de ça, j'étais bien avec eux parce que bon ben, de temps en temps j'allais au, des turbines j'allais les voir, tout ça, euh, bon, pis eux y venaient. Bon, une fois, je sais qu'y avait une dame de Rozoy, elle venait, mais j'voudrais du suc. Alors, un jour j'dis à Claude, quand elle sera plus polie, je la servirai, mais là, maintenant, elle peut venir, elle s'servira tout seule. Moi, j'étais comme ça. Bon, ben, Claude y lui a fait la leçon, après ben, Monsieur ( ? ? ?) c'était, mais voilà c'était, j'étais comme ça. Y avait pas d'raison.

Q : Bien sûr.

R : Et elle venait, j'voudrais, non mais, pis après c'étaient nous qu'allaient chercher l'échantillon de suc de la masse cuite qui coulait. Moi, j'ai réclamé j'ai dit, c'est pas normal, c'est, c'est eux qui doivent y aller.

Q : Ouais, et euh, y, donc y avait pas de femmes en fait dans la chaîne dans la production du sucre en fait, c'étaient des trucs à côté.

R : Ah oui, oui, non mais là, là c'était, y z'allaient juste chercher des échantillons, y z'allaient même dans l'magasin en chercher, y prenaient à plusieurs trucs quoi. Mais, y travaillaient au laboratoire ceux-là. Tandis qu'avant vous aviez des femmes qui travaillaient, y z'étaient, y faisaient les betteraves, y grattaient les betteraves, tout ça et y les coupaient au, comme Madame Nouvion qui a travaillé.

Q : Après, y en a plus eu.

R : Après, y en a plus eu non. ça a été fini ça.

Q : Et vous savez pourquoi, ou…

R : Ah, c'est-à-dire, si après ça a continué, si, si, c'était encore la bascule, on appelait ça la bascule, y avait encore des femmes qui faisaient, si, si, si si, en dernier y en avait core ouais.

Q : Et euh, les femmes elles auraient très bien pu faire c'travail là alors quand même, enfin, j'veux dire par exemple, le travail de turbineur, elles auraient, une femme aurait pu le faire.

R : Non, j'crois pas, oh non, non, y faisait trop chaud et pis alors, fallait travailler torse nu, hein. Ah, non, non. J'crois pas, Ah non, non. Il aurait pas pu.

Q : Une femme torse nu dans l'usine.

R : ( ? ? ?) on travaillait avec les femmes, ( ? ? ?) j'vais lui rendre visite.

Q : Ah, y faisait vraiment chaud alors ?

R : Même des jeunes, des jeunes filles que j'connais core, enfin qui sont mariées maintenant, eh ben, quand on s'rencontre, dès fois, quand j'allais au bal là, une fois j'en rencontre une, ça faisait plusieurs années qu'on s'avait pas vu, oh mais alors, on a dansé tous les deux, on a même bu le champagne ensemble. ( ? ? ?) ben voyez ça fait plaisir, quoi. Et des fois elle passe en vélo, là. J'la vois passer là, ouais. Elle est gentille, elle habite, ben elle doit habiter à Reims j'crois maintenant. Ouais.

Q : Mais euh,

R : Mais elle travaillait au laboratoire.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer