Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier turbineur à la sucrerie de Montcornet

L'ambiance entre ouvriers et les promotions

Q : Eh euh, donc vous vous, vous vous retrouviez à chaque fois après, enfin souvent après le, après l'travail.

R : Oui. Ah oui, oui.

Q : Donc, c'était vraiment

R : Oui, des fois on s'retrouvait, oui, oui.

Q : Vous vous connaissiez vraiment tous quoi.

R : Ah oui, oui. Ah oui.

Q : C'était pas, c'était, j'veux dire…

R : Ben, c'est-à-dire que c'était des gens, des gars qu'on ne connaissait comme ça, même je voudrais bien revoir mainant, mais beaucoup sont morts, mais, sympathiques hein. Ben oui, y z'étaient comme nous, pis y z'étaient obligés d'se mettre à la page avec nous quoi.

Q : Ouais.

R :Alors des fois, moi j'travaillais avec eux quoi. Comme j'étais levageur, des fois j'travaillais avec eux. J'travaillais beaucoup avec les mecs de Reims, parce que c'étaient des grues, des grutiers qui venaient, des, des, alors fallait travailler avec eux. Alors, moi, mon chef, qui me commandait, y m'disait, ben oui, comment de temps pour ceci, combien. Pis alors, vous aviez des autres, des contremaîtres, y avait des sous-chefs, ceci cela. Y avait beaucoup de choses, hein. Beaucoup de trop d'ailleurs, c'est peut-être ça qui fait tomber les boîtes comme on dit, alors, ben oui, c'est vrai, moi j'dis la vérité. Prenez La Motte, y a trop de chefs. Core un peu y aurait trois chefs pour euh, non mais là ça va plus, bon, enfin n'importe. C'est comme ça que ça se passait. Y faut être franc, faut dire. Moi, j'ai vu, j'ai travaillé à la sucrerie de Montcornet et, le sous-directeur c'était Monsieur Dupont qu'habitait Montcornet, bon il avait nommé des chefs là dedans qui n'y connaissaient rien.

R : Alors, lui un jour, comme il est voisin, il habite à Lislet, pis qu'il aime bien refaire des, comme y refait des photos de famille, tout ça, y refait tous ces trucs là, bon, ben, ( ? ? ?) parce que Mémé Nouvion, c'était un, il a passé contremaître, j'ai travaillé avec lui qui n'était pas contremaître. Bon, c'est pareil, c'est un, un gars qu'était sympathique, bon, y a des moments y nous bourrait un peu le crâne, quoi, moi j'mets pas de cravatte, j'ai jamais mis de cravatte, ça, bon ben c'est tout, mais on est toujours copains, quand même, on s'voit, on s'dit bonjour hein.

Q : C'est vrai ?

Q : Y faisait quoi ce Monsieur ?

R : Ben, il a passé contremaître, mais avant y travaillait à la forge, j'ai travaillé avec lui moi, à la forge.

Q : Ah ouais.

R : Pas avec lui carrément, mais j'ai travaillé avec lui. Et son père a travaillé à la sucrerie aussi.

Q : Et il faisait partie des gens que vous disiez euh, tout à l'heure, des gens qui, qui pensaient à leur carrière et qui z'essayaient de faire bonne figure devant le patron, c'était un de ces, c'était un de ceux-là ?

R : Un petit peu ça. C'est un petit peu ça, oui, oui, Mémé était un peu comme ça, d'ailleurs il l'savait, hein. J'ai déjà disputé avec lui moi hein. Ah oui, on c'est déjà disputé des fois pour des petites bricoles de rien, mais on s'est déjà disputé. Mais après ça restait là hein, c'était tout hein. Parce que même dans le travail, des fois on s'dispute. C'est pas une dispute, c'est peut-être une, euh, un mot qu'on s'dit entre nous, quoi, par exemple euh, j'sais pas moi, comme là moi, par exemple quand j'étais levageur, bon des fois, on faisait des trucs, tout ça, bon on venait vous embêter ou ceci cela, bon on rouspétait un ptit peu quoi c'est tout, mais autrement non. Mais, moi j'étais responsable, j'étais pas chef. Mais j'étais responsable quand même de mon boulot quoi. Mais, bon, question de ça, c'était un bon gars. Pis on s'dit toujours bonjour. Mais on n's'reparle pas de, de ceci d'cela, non on n'en reparle pas de ça. Non parce qu'il était un ptit peu, je vous dis, bon c'est tout. Combien qu'y en avait comme ça hein ? Alors moi j'aimais pas trop ça hein. Moi, les ( ? ? ?) j'aime pas ça. Ah oui, mais c'est gars qu'ont monté comme ça hein.

Q : Mais c'est toujours hein.

R : Mais sans ça, vous pouvez aller chez lui, il a une, j'ai travaillé même avec sa femme à lui, j'étais tout jeune, voyez, tout jeune, tout jeune, j'avais commencé là-dedans eh ben, elle est comme ça, pis lui il est comme ça aussi.

Q : Dans la sucrerie ?

R : Ah oui, elle est en sucrerie, oui.

Q : Y avait des femmes en sucrerie qui travaillaient aussi ?

R : Ah oui, euh, elle était aux déchets. Elle travaillait aux déchets. Oui, j'ai travaillé avec elle, moi elle était sympathique comme tout. Elle est encore sympathique.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer