Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un comptable à la sucrerie d'Eppeville

L'embauche à la sucrerie

Q1 : Comment avez-vous été employé à la sucrerie ?

R : Comment j'ai été embauché ?

Q1 : Oui.

R : Le plus simplement du monde à l'époque hein ! Je suis sorti en juillet avec un BEPC. Mes parents sont…

R : Donc, je suis sorti en juillet avec un BEPC à l'époque. Mes parents sont allés voir le chef comptable à l'époque qui s'appelait Monsieur Jouglet, chef de comptabilité, et puis il leur a dit tout simplement : ben, il a qu'à venir au mois de septembre. Tout ce qu'y avait de plus simple à l'époque. Quand je racontais ça à mes employés, ils en revenaient pas, mais à l'époque ça s'passait comme ça dans la plupart des cas. Bon, mes parents étaient agriculteurs donc ils fournissaient des betteraves à la sucrerie. Ils étaient connus. A l'origine, mes parents voulaient que je sois instit. Bof ! Mais ça a pas marché. Ça a pas marché parce j'avais passé le concours d'entrée en 6ème et en même temps on passait un concours pour obtenir une bourse.

Avec une jeune fille d'Esmery, on a passé les deux mêmes examens, on a eu les deux et puis quelques jours avant d'rentrer au lycée, mes parents ont reçu un télégramme que… ben y avait pas d'argent, la bourse, ben elle était pas attribuée alors pff…on a été rechercher toutes mes affaires et puis du coup j'suis resté… j'ai été au cours complémentaire à Ham. Donc, j'sors avec un BEPC. On va voir le chef-comptable et ben, il a qu'à venir… il a qu'à venir au mois de septembre et puis j'suis rentré… j'sais pu si c'est le 24 ou le 26 septembre 52 à la comptabilité. Le chef-comptable qui voit arriver un jeune comme ça, il a qu'une idée en tête, c'est de le perfectionner. Donc, d'emblée, il m'dit : va falloir que tu t'inscrives pour suivre des cours de comptabilité. Moi qu'y était sorti de l'école en disant : c'est fini, j'veux travailler, j'ai pu envie d'aller à l'école. Ouh !… cours par correspondance, en plus de la comptabilité, le français, ça me gênait pas, mais les chiffres, c'était pas ma tasse… j'étais moins fort en maths.

Alors j'ai commencé à faire quelques cours et l'idée de mes parents c'avait été de me faire rentrer aux PTT à l'époque parce que ma grand-mère connaissait une dame qui… seulement, voilà, j'avais qu'seize ans. Il fallait 18 ans. Alors en attendant, ils m'avaient trouvé cette place à la sucrerie. Alors les cours de compta, ça a pas duré bien, bien longtemps et puis comme le chef-comptable recevait le résultat des devoirs par l'école. Un jour, il a commencé à venir me voir en disant : dit donc qu'est-ce que tu fous avec… Alors, je lui ai dit de toute façon ça m'intéresse pas. Je dis moi… Dès qu'j'ai 18 ans j'm'en vais d'ici, je rentre à la Poste. Je vais aux PTT. Pff ! Qu'est-ce que j'avais pas dit-là ! Bon, mes parents ont été convoqués. Il leur a expliqué que de toute façon, si je voulais bosser, j'pouvais faire ma carrière à l'usine parce qu'à l'époque c'était comme ça, on rentrait dans une boîte comme la sucrerie. On y faisait carrière. Il a quand même vu que les cours de compta c'était pas ma tasse de thé hein ! Alors… ça c'était au mois de septembre. Donc, il m'a mis à la comptabilité betteravière pendant toute la campagne, la première, et je vérifiais les tickets de bascule.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer