Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un comptable à la sucrerie d'Eppeville

La création de la sucrerie d'Eppeville et ses directeurs successifs

C'est mon parcours, y aurait beaucoup de choses à dire. J'en ai vu passer. J'ai connu cinq Directeurs. J'ai connu le premier Directeur, c'était Monsieur Tabary, c'est lui qui a fait l'usine d'Eppeville avec une Madame Sommier, le Body Sommier, c'était la Compagnie de Sucrerie de Roye, c'était la sucrerie de Roye. Lui, c'était la tête pensante et Madame Sommier, c'était la finance. Et je crois que la première campagne sucrière a eu lieu en 26, 1926.

Il a fait cette sucrerie en récupérant les dommages de guerre de 14 petites sucreries de la région qui avaient été détruites pendant la guerre. Il a récupéré les dommages de guerre et avec ça, il a fait la sucrerie d'Eppeville. Et la première campagne a dû démarrer en 26, en 1926. A l'époque, il avait fait une sucrerie capable d'écraser 6 à 7.000 tonnes de betteraves par jour. Ils en écrasaient péniblement 3.000 parce qu'il fallait quand même les faire. Et cette sucrerie qui avait été prévue à l'origine pour ce tonnage aujourd'hui doit écraser… doit avoir une capacité nominale de 15.000 tonnes, 15, 16.000 tonnes. Bon, faut dire qu'on a amélioré, on a fait des…

Alors j'ai vu ce Directeur, j'ai vu son successeur, Monsieur Desmotte, qui a été remplacé par Monsieur Lutton. C'est à ce moment-là que les achats ont été raccrochés sous sa coupe. Ensuite, c'est Jean Forget qui est venu. Tout ça, c'était des betteraviers, des sucriers. Et puis quand Jean Forget est parti en retraite, ils ont fait venir un jeune. En général, les Directeurs, il avait de la bouteille, mais lui était un peu jeune, Alain Moreau, qui avait été Directeur chez… enfin, il avait travaillé chez Bonduelle. Il en avait eu marre de l'industrie et de toutes ses tracasseries et il est allé faire un stage à l'IUT de Compiègne. Il y est resté une paire d'années, trois, quatre ans, je ne sais plus. Et puis il en a eu marre de l'enseignement quand il a vu le bordel que c'était là dedans. Donc il est revenu il est revenu comme Directeur. Alors, lui, il était pas sucrier hein ! Il avait jamais touché une betterave de sa vie. Mais c'était une expérience que la Direction de Paris voulait faire. C'était un brave gars, gentil, trop gentil d'ailleurs parce qu'il s'est fait un petit peu bouffer par les syndicats.

Le jour où il m'a dit : " je laisse ma porte ouverte ". Je dis : " ça c'est la pire des conneries, parce que y en a qui s'sont engouffrés là-dedans ". Et finalement, il est parti sur Nassandres s'occuper d'un laboratoire de recherche. Je crois qu'il est retourné chez Bonduelle. Il est retourné à ses premières amours. Et puis, il a été remplacé par Régis Tellier qui était Directeur de Roye. Ça a été une promotion pour lui. Il est à Paris maintenant et c'est quand il était Directeur que moi je suis parti à la retraite. Oh, y en aurait à dire, y en aurait des livres à écrire mais bon !

Enfin, je sais pas si j'ai répondu à vos attentes, si vous avez des questions à poser, si…
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer