Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Une ouvrière d'emballage à la sucrerie de Vauciennes

La fermeture de la sucrerie et les licenciements

Q2 : Justement, comment vous l'avez appris déjà que l'usine, elle allait être rachetée ?

R : Ben, nous, on l'a su parce qu'y a eu une réunion, comment qui disent ? générale. Donc, moi, j'y allais pas, mais le principal, le chef du syndicat, lui, il était au courant. On l'appelait. On lui a dit bon, ben, voilà. Et moi, je me rappelle, c'était en mars 87, oui quand j'suis revenue de Paris pour ma fille parce qu'elle a été opérée, y avait un qui m'attendait en me disant que y avait une réunion d'urgence le lendemain. Alors, il fallait que je sois disponible alors que je travaillais pas, j'étais de l'après-midi. Il a fallu que j'y aille pour neuf heures. C'est là que j'ai appris qu'ils licenciaient soixante femmes en 87. Pis, après tout en allant, ça a fermé quoi ! Et donc, ça a fermé vraiment fin 87 pour les femmes. Y a que moi, qu'a resté, j'vous dis parce que j'étais au syndicat. Bon, après y ont pris y ont demandé à des gens avant de les licencier vraiment, s'ils voulaient rester pour faire le nettoyage. Y a en deux qui ont accepté seulement. Les autres, ils ont dit que non. Donc, eux, ils sont restés et au début, ils faisaient demi-journée. Ils travaillaient que le matin et l'après-midi, ils travaillaient pas.

Pis, après, ils ont demandé à faire la journée complète et ils ont été acceptés jusqu'en 99, jusqu'à ce que l'usine ferme complètement quoi ! Ah, ça a été dur quand on a appris… Déjà en 87, quand on a appris les licenciements, ça faisait quand même du monde en moins. Ils ont fermé la Chambon, la SR, heu… enfin toutes les femmes qui y étaient quoi ! Moi, j'vous dis, j'ai eu la chance d'être au syndicat autrement j'étais licenciée comme tout le monde hein ! Donc, y en a qui ont été jalouses parce que je suis restée pis au même coefficient. J'suis restée au même coefficient. Que les autres, ceux qui ont repris après, on les avait diminués. Mais après on les a remis quand ils ont fait à temps complet, on leur a dit on vous remet au coefficient que vous étiez avant.

Au début, ça été dur quoi ! Enfin, j'suis restée en bon terme avec certaines pas tous mais avec certaines, j'suis restée en bon terme. Mais, j'y étais pour rien. On m'avait demandé, moi j'ai accepté. Personne voulait. Bon, j'ai dit je vais accepter, on verra bien ce qui se passe.

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer