Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Une ouvrière d'emballage à la sucrerie de Vauciennes

Les tâches effectuées et les divers postes occupés à la sucrerie

Q1 : Mais, est-ce que vous perceviez une différence entre le travail des femmes et le travail des hommes au sein de l'entreprise ?

R : Non, parce qu'on faisait tous pareil hein ! Vous parlez de la Chambon ?

Q1 : Oui, ou… oui.

R : Moi, j'trouve non parce qu'on faisait exactement le même travail aussi bien les hommes que les femmes hein ! Eux, les hommes ben, ils faisaient comme nous hein ! Y en avait qui avait plus du mal à relever les morceaux de sucre parce que le sucre il arrivait en diagonale comme ça sur j'sais plus combien de rangées et donc déjà quand les mailles, elles les prenaient c'était quatre-vingt-dix morceaux qu'ils mettaient dans la boîte, dans les boîtes d'un kilo là ! Alors ils les mettaient, dès fois, les hommes ils le faisaient, bon, ben, ça faisait la chaîne, on était obligé de l'arrêter parce que soit qu'on faisait sauter les goupilles ou alors y avait plus rien dans les boîtes quoi ! Parce que y a des hommes, ils ont les doigts beaucoup plus gros que nous alors pour relever c'était plus difficile pour eux quoi !

Pour certains, pas tous. Y en a qui prenait facilement le rôle mais d'autres… Moi, j'ai vu des Portugais, ils avaient les doigts assez gros, ben, à chaque fois, au lieu d'en faire tomber un, ils en faisaient tomber trois, quatre.

Q2 : Ah oui !

R : Ben oui, c'était un coup à prendre quoi ! Même nous, dès fois on voit pour des fois la manche. On faisait tomber le morceau alors ça criait quoi ! Ceux qui étaient au bout, à la coiffeuse, elles ramassaient les boîtes qui en manquaient et pis on les mettait à la main. On les remplissait et on les remettait après sur le tapis. C'est dommage, parce que… faut voir pour comprendre vraiment le sens de la machine quoi. Ah, oui, c'était la ICBO, les boîtes, ICBO, après vous aviez les morceaux, après vous avez la coiffeuse et pis la fardeleuse et la palette quoi ! qui arrivait au bout.

Après y a eu la SR, la SR c'était beaucoup plus dur. Moi, j'ai débuté à la SR, c'était dur hein !

Q1 : C'est quoi ?

R : Ben, c'est du sucre cristallisé qu'on mettait ou du sucre en poudre et bon, vous aviez la machine qui remplissait les sacs et celle qui était au bout, on appelait ça la coulotte. Alors, vous aviez des sacs en… comment dirais-je des sacs en papier. Alors, vous étiez obligé d'être au bout pour retenir le sac. C'était dix kilos qui arrivaient d'un seul coup. Alors quand ils arrivaient d'un seul coup, vous faisiez… ça, c'était beaucoup plus dur et pis vous colliez ça à la main. Pis alors il fallait que ça soit bien plat parce que si vous mettiez ça sur des palettes, la palette dès fois… alors le cariste dès fois il rouspétait parce que les palettes, elles étaient pas droites. Le plus dur que j'ai trouvé, moi, c'était la SR. En plus, j'étais enceinte quand j'm'y suis trouvée. C'était dur.

Après non, parce qu'après, ça a été ils ont aménagé la fardeleuse automatique, donc là, c'était moins dur. Mais avant, c'était à la main, on ramassait tout à la main. Alors si vous faisiez tomber ça, dès fois vous aviez des tas de sucre, fallait ramasser ça après le soir avant d'aller… de revenir à la maison quoi ! Moi, c'est la SR la plus dure après bon, j'étais au ménage bon ben, c'est un peu dur aussi, mais enfin bon, j'avais du temps libre quand même. Le chef ne me poussait pas trop, ça allait.

Q2 : Et vous avez fini par le nettoyage en fait, après vous n'avez pas…

R : Non, j'ai fait un peu de tout. Après le nettoyage, j'ai fait, j'ai mis du sirop en container. Je lavais les containers. C'est-à-dire, si vous voyez les containers qu'il y a là dans la maison en face, à la bétonnière. Vous voyez les containers ?

Q2 : Oui.

R : Eh ben, c'est ça. Alors on remplissait le sucre, on remplissait les containers de sirop. Enfin, mon mari serait là, il vous le dirait. J'sais plus comment qu'on appelait ça. Enfin, mon mari serait là, il vous le dirait. J'sais plus comment qu'on appelait ça. Donc, on remplissait le sirop pour envoyer soit à Sainte Origny, dans les autres usines quoi !

Q1 : D'accord !

R : Vous aviez dans ( ? ? ?) qui venait chercher du sirop liquide tout ça ! On remplissait. On faisait les cuves… on faisait du mélange. Donc, il y avait du fructose, un peu de tout quoi !

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer