Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Une ouvrière d'emballage à la sucrerie de Vauciennes

Les relations avec la patron et le rôle du syndicat

Q2 : C'est clair. Parce que mine de rien, vous à la sucrerie vous aviez quand même des bons patrons quoi ?

R : Ah, oui, on n'avait pas à se plaindre. Ah, oui, oui. Moi, j'ai pas eu à me plaindre ni des chefs, ni de quoi que ce soit. Non, j'ai pas eu… Non, pis Vauciennes c'était une… disons une maison qui payait bien. D'ailleurs, c'est elle la mieux payée de tout ce qui avait dans l'Oise hein ! Parce que moi, j'connais des… enfin des amis là qui travaillent à Chevrières, ben, ils gagnent moins que ce qu'ils gagnaient à Vauciennes. A Vauciennes, on n'avait pas à se plaindre. Y en avait qui se plaignait peut-être mais moi, j'vous dis je me suis jamais plainte, si tout au début parce que ça me plaisait pas trop. C'était pas mon style de travail, mais bon… on s'y fait. J'ai travaillé quand même trente six ans dedans, mais bon. Comment ?

Q2 : Y avait un comité d'entreprises dans l'usine ?

R : Ben, j'en faisais partie, le syndicat quoi !

Q2 : Vous avez fait beaucoup de choses en plus…

R : Comment ?

Q2 : Vous avez fait beaucoup de choses. Vous aviez beaucoup de choses en place hein !

R : Moi, personnellement non, parce que vous aviez un chef au-dessus de nous. Mais, on disait ce qui n'allait pas. Bon, ben, lui, il voyait avec le patron. Pis après on avait une réunion une fois par mois ou une fois tous les quinze jours, ça dépendait. On disait ce qui n'allait pas quoi !

Q2 : Ça se passait bien ?

R : Oui, oui, oui. On avait une bonne ambiance. Et mon chef, bon, ben, je disais, j'vais à la réunion. Bon, il me faisait remplacer parce qu'il était obligé de me faire remplacer aux machines. Après, non, parce qu'après j'étais au nettoyage, ça pressait pas. Mais, bon, je faisais plus le matin quand je savais que j'avais la réunion l'après?midi, je faisais plus au matin et l'après-midi… Pis après le lendemain, je faisais… Non, j'avais pas à me plaindre. Ça, là-dessus, pis ils me connaissaient. Ils me demandaient un service, j'étais la première à rendre service. J'étais même trop bête quoi ! Mais enfin ! Je le regrette pas, je l'ai fait, je l'ai fait hein !
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer