Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le travail d'un ouvrier à la sucrerie de Vauciennes de 1969 à 1999

L'automatisation et la diminution des effectifs

R :Bon après, ça s'est automatisé, bien sûr. Alors après, problème de l'automatisation, on avait besoin de beaucoup de moins de personnes hein, la concurrence après, face aux autres sucreries, donc ça a commencé après à dégraisser le personnel, on est vite passé de 350 à 200 et puis à la fin 150, vous voyez, l'effectif juste avant la fermeture, c'était environ 150.

Q2 : Ah oui, ça a diminué progressivement.

R :Ah oui, oui, à peu près de 4… Moi, tout le temps que j'ai été là, à peu près de 4, 4 fois oui, oui. 150. Moi j'ai dû connaître quand je suis rentré avec sucrerie, sucrerie distillerie et raffinerie, j'ai dû connaître, plus l'exploitation agricole, parce qu'y avait trois exploitations agricoles à l'époque, j'ai dû connaître un effectif aux environs, un petit peu moins de 600 peut-être, et à la fin donc 150 pour le licenciement économique.

Q2 : Ça doit faire bizarre de voir…

R : Ah oui, bon alors c'est des gens qui partent à la retraite, qui sont pas remplacés ou alors des gens à qui on donne des primes de départ, vous savez, les incitations pour partir, voir ailleurs. Oui, oui, effectivement, ça se vide. Bon, après, y a des secteurs qui se vident totalement, par exemple, un moment, c'était totalement l'entretien des logements. Bon, ben, on a décidé de plus entretenir les logements. Après on a décidé de plus avoir de logements. Ah oui, malheureusement, ça pas été dans le bon sens de ce côté-là. L'augmentation des salaires, l'automatisation, la concurrence a fait que le social s'est réduit d'année en année jusqu'à la fermeture.

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer