Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Le travail d'un ouvrier à la sucrerie de Vauciennes de 1969 à 1999

Une main d'oeuvre qualifiée et sérieuse

R : C'est pour ça que la main d'œuvre d'une sucrerie est une bonne main d'œuvre, une main d'œuvre performante. Moi, je peux vous dire que la main d'œuvre de Vauciennes n'a pas à rougir de la fermeture de Vauciennes parce que c'est sûrement pas de ça qu'est venue la fermeture de Vauciennes, ça alors là, y a pas photo hein au niveau de la diversité et du niveau de qualification. Et je vous dis encore, pourtant, pour des gens qui ne sont pas arrivés avec bac + 5, loin de là hein. Vous savez, des bacheliers, y devaient pas y en avoir beaucoup. Des gens qui avaient le CAP beaucoup. Oui, parce que, à notre époque, c'était surtout ça, on faisait trois ans de collège d'enseignement technique et on rentrait, on était sûr de rentrer avec ça.

Et non, non, c'était, on avait une performance. Des gens qui étaient très professionnels, alors très consciencieux aussi parce que là y faut avoir beaucoup confiance aux gens qui travaillent sur ce matériel-là parce qu'on peut pas se permettre une panne en campagne, on peut pas se permettre un arrêt, c'est catastrophique, donc y faut absolument des gens de toute confiance. Etre sûr que ce qu'ils vont faire, ils vont le faire au mieux possible, qu'on aura pas de problème pendant la campagne, parce que ça peut vraiment vite dégénérer en une catastrophe. Et là, on aurait pu avoir ce scénario, une catastrophe en campagne et fermer et ça ne s'est jamais produit. La qualité de la main d'œuvre a toujours fait qu'on a toujours fait des campagnes correctes. Y a eu de la casse, c'est inévitable. Comme tout à l'heure, je vous disais des accidents du travail, y en a eu, c'est inévitable, mais toujours limités au strict minimum pour à la fin de l'année dire l'usine a bien tourné, y a des bénéfices. J'ai jamais connu une année où y avait pas de bénéfices et en particulier l'année dernière. Alors, là, là, c'était le record. On aurait pu dire ça, y avait peut-être 30 ans, où les bénéfices n'étaient pas assez élevés, on pouvait trouver cet argument pour fermer, mais alors surtout pas en 1999. Alors là, on était à l'opposé total. Mais enfin bon.


nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer