Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier sucrier et transporteur à la sucrerie de Francières

La fermeture des petites sucreries

C'est malheureux parce que, n'importe comment, on savait que toutes les petites sucreries, y fallait qu'y ferme, y en avait une vingtaine dans l'Oise, y avait Monchy qu'a fermé avant nous, Tricot qu'a fermé, la première c'est à Coudun qu'a fermé, ( ???) qu'a fermé dans les premiers. Oui, Monchy, Tricot, y avait nous, après c'était la Neuville, Wavignies qu'a fermé. Et d'abord, y a plus que Chevrières maintenant, y a plus que Chevrières. Et puis dans la Somme, y en a deux, Ham et puis Eppeville je crois, elles sont toujours là. Oui, c'étaient des grosses boîtes hein. Ah oui, y a plus que Chevrières et puis Chevrières, pendant un moment, ça allait un peu, je sais pas, c'est les cultivateurs qui se sont mis en société là-bas je crois, je sais pas.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer