Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Un ouvrier breton à la sucrerie de Vauciennes

Les relations entre saisonniers et ouvriers

Q2 : Et, lorsque vous étiez saisonnier, vous vous entendiez bien avec les autres ouvriers dans l'usine ?

R1 : Ah, ben oui, on était bien obligé, hein, on était bien obligé hein, sinon dans les 24 heures on était viré.

Q2 : Ah oui !

R1 : Ah oui ! On était saisonnier, obligation de faire son travail ou alors…

Q1 : Et, vous viviez où, en fait, à c't'époque-là quand vous étiez saisonnier, vous veniez de Bretagne, en fait ?

R1 : Je venais d'Bretagne, les Côtes-d'Armor, je venais des Côtes-d'Armor, mes parents ils avaient une petite culture agricole, on était pas mal de frères et sœurs, y'avait pas d'boulot pour tout'l'monde, et y fallait chercher du boulot entre-temps, alors on s'en allait l'hiver faire les campagnes et après on revenait, mais moi, j'suis pas revenu, voilà.

Q2 : Et, vous étiez logé où à Vauciennes ?

R1 : A ce moment-là, y'avait des logements pour célibataires.

Q1 : Ah oui, y'avait…

R1 : On était logé par l'usine. Y'avait une femme de ménage qui nous faisait notre lit et tout. Eh oui !

R2 : Payé par l'usine, hein.

R1 : Y'avait une cantine, on mangeait, on payait, bien sûr, mais on mangeait à la cantine. C'était bien à c't'époque-là, de c'côté-là, le travail était beaucoup plus dur.

Q1 : Oui.

R1 : Eh oui. Maintenant, le travail est moins dur, mais seulement y'a pu d'boulot, c'est ça la différence.

Q1 : Oui, c'est sûr !

nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer