Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Récit de vie de deux ouvriers à la sucrerie de Vauciennes depuis 1945

La mauvaise ambiance et la dégradation des relations avant la fermeture de l'usine

R1 : Oui, je te dis, pis qu'on a vu que ça n'allait pu, que la sucrerie n'allait pu.

Q1 : Les dernières années, il y avait beaucoup de conflits entre les ouvriers ?

R1 : Non, mais chacun dans son coin. C'était chacun dans son coin, chacun pour soi.

R3 : Voilà.

R1 : C'étaient pas des conflits, mais chacun pour soi. Il n'y avait plus d'ambiance, c'était…

R2 : ???

Q1 : Et avec la hiérarchie, c'est pareil alors, les dernières années, c'était…

R1 : Oui, ça avait changé.

R2 : Changé de hiérarchie aussi.

R1 : Ça avait changé, question de commandement, ça avait changé, on avait du mal à les accepter. C'est pour ça, au bout de quarante ans de service et pis que du jour au lendemain, vous recevez une lettre recommandée qui vous dit que vous arrêtez au mois de juillet, ça vous fait tout froid quand même. C'est ce qui m'est arrivé, deux mois avant je reçois une lettre, bon, on savait que ça n'allait pas très bien, il me fallait encore six mois pour faire quarante-trois ans, bon, c'était surtout parce qu'on avait une bonne prime, pis on avait la médaille, j'ai voulu faire mes six mois, ils ont jamais voulu. Pour dire, c'est une bricole.

Q1 : Oui, donc au départ, c'était très bien, et puis ça s'est dégradé.

R1 : Ça s'est dégradé vraiment à la fin. On peut dire vraiment à la fin.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer