Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

La sucrerie de Montcornet : activités, travail, fermeture

La venue et le travail des saisonniers

R : Pendant les campagnes, peut-être que des gens venaient, non, c'était dans la région aussi, ça restait dans une certaine région.

Q1 : Il n'y a pas eu de mouvement de belges, ou ?

R : Si, si. Mais, ça c'était pendant la guerre.

Q1 : C'était après quoi.

R : Enfin, moi j'en ai connu. En 60, il y a toujours des belges, enfin un belge qui venait faire la campagne.

Q1 : Ça ne s'est pas ressenti beaucoup les périodes de campagne. Je vois avant, quand on parlait des campagnes sucrières, c'était vraiment le truc énorme et tout, il y avait tout le monde qui venait.

R : Ben oui.

Q1 : Ça s'est ça s'est atténué, donc au fil du temps.

R : Oui ça s'est atténué, pas par manque, mais par un besoin de main d'œuvre un peu moins grande. Hein, il y avait moins besoin de main d'œuvre. Moi, j'avais fait des comptages, c'est bête je ne les ai pas, je ne sais pas, c'est peut-être marqué dans le livre, parce qu'à l'époque, j'avais fait des comptages pour savoir combien il y avait de belges dans les années 40, combien il y en a eu après-guerre et combien, enfin pas forcément de belges, des saisonniers avant-guerre et des saisonniers après-guerre jusque 80, j'avais fait jusqu'en 90 je crois. Mais, c'est vrai que des saisonniers, j'ai connu j'ai connu 80, 80 saisonniers pour arriver à une quarantaine en 87 ou 8.

Q2 : Et donc par rapport aux saisonniers, ça a fortement baissé d'un seul coup quasiment…

R : Ah non progressivement, avec la modernisation.

Q2 : C'est parce qu'il y avait moins de besoin ?

R : Il y avait moins de besoin, l'usine devenait de plus en plus moderne.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer