Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

L'organisation et la vie quotidienne au Familistère

Familistère de Guise Le premier mai, fête du travail et la fête de l'enfance La distribution des prix

Q2- La fête du familistère avait lieu à quel moment donc ?

R2- Y'avait la fête du travail

R1- Ben y'avait la fête du travail. Ca aussi, ça avait été institué par Godin, le premier dimanche de mai, ben après on a fait le 1er mai partout, mais lui, il faisait le premier dimanche de mai fête du travail, samedi, dimanche et lundi, on travaillait pas l' lundi, et la fête de l'enfance, premier dimanche du mois d' septembre, alors c'est pareil, le lundi aussi c'était fête, on travaillait pas. L'usine était fermée.

Q1- Et qu'est-ce qu'on faisait ces jours de fête, ça s'passait comment, y'avait un défilé ?

R1- Alors, les jours de fête, euh, la fête du travail, d'abord, y'avait une société, la société de gymnastique, qui faisait des démonstrations de gymnastique ///

R2- Oui ben///

R1- /// l'harmonie donnait un concert eu (soupir)

R2- Ah si y'avait des défilés en ville, l'harmonie et les pompiers

R1- Oui, pis après y'avait un concert. Et pis le lundi de la fête du travail y 'avait des jeux, alors jeux de boule, jeux de carte, avec des prix donnés par la maison Godin, quoi, pas des gros prix, enfin bon ben, on faisait une partie d' cartes avec deux adversaires ou bien trois, et puis chacun, et le gagnant y touchait un peu plus, le perdant y touchait quelque chose, mais un peu moins, bon bien souvent c'était ??? (rire), on allait distribuer ça à la buvette; quant à l'apéritif///

R2- A la fête de l'enfance y 'avait l'bal d'enfants

R1- A la fête de l'enfance, c'était spécial, là y avait le///

R2- /// L' bal d'enfants.

R1- L'bal d'enfants.

R2- Rien que pour des enfants

R1- Rien qu'des enfants, interdiction aux grands de danser, les enfants dansaient. Alors après le bal d'enfants, vous aviez droit à un raffrachissement c'est à dire ///

R2- Une brioche

R1- /// Et un sirop de grenadine quelconque, quèqu'chose comme ça, bah c'était pour des enfants, hein, un sirop de grenadine, et puis une brioche

Q1- Le bal d'enfants donc c'est les enfants qui étaient là pour danser

R2- Oui

Q1- Y'avait quand même un contrôle sur ces enfants non, y'avait une surveillance

R2- Alors là, j' vais vous dire. Justement, j'y ai participé. (rire) On avait l' droit d'aller danser

R1- Oui

R2- Mais on n'avait pas droit aux rafraîchissements.

R1- Pas droit aux rafraîchissements.

R2- Voyez le genre : un enfant qui voit///

R1- Oui ça///

R2- /// un autre avoir un verre de grenadine et puis vous arrivez, on vous dit : ah non

R1- C'est un peu, hein, ça choque un peu, quoi

Q1- Parce que vous étiez d'la ville ?

R1- Oui. Fallait être aux écoles du Familistère pour

R2- Ah ils avaient droit à tout ça, on leur donnait un p'tit verre et une brioche, nous non.

R1- Oui, de grenadine et puis une brioche. Alors après, on faisait un ballet, les enfants des écoles faisaient un ballet, un ballet costumé, assez compliqué comme ballet, et puis y'avait un bal le soir. Et à la fête du travail///

R2- /// Et alors comme distribution des prix//

R1- /// y'avait un bal le dimanche et le lundi.

R2- ///qu'est ce qu'ils avaient comme prix !

R1- En distribution des prix oui ça c'étaient des livres, ben j'sais pas///

R2- Cinq six par gosse hein

Q1- Tous les enfants étaient récompensés ou c'étaient vraiment les meilleurs ?

R1- Suivant les notes hein. Alors y'avait le prix d'excellence, le prix d'honneur, le troisième prix, c'était le prix de Madame Dallay, et après y'avait le prix d'histoire, le prix de lecture, de géographie, suivant les matières, les mathématiques, quoi. Et y'avait même un prix de politese. Moi, ça me faisait un peu rire parce que, étant gosse, j'avoue que j'étais par timidité pas tellement poli, je vous aurais laissé tomber la porte au nez pour pas, pour me sauver pour pas vous dire bonjour par timidité (sourire), mais c'était le troisième prix. Alors, je suis tombé plusieurs fois sur le prix de politesse,c'était le troisième, c'était idiot (rires) parce que c'était peut-être moi le moins poli du groupe, j'avais le prix de politesse, j'étais troisième au classement général.

Q- rires

R1- Ca reste (rire) beaucoup , ça fait un peu risible. Qu'on donne le prix d'histoire à celui qui a la meilleure moyenne, d'accord, mais le prix de politesse euh...


Q2- Autant donner le premier prix, le deuxième et le troisième prix - rires -

R1- Enfin je l'prenais, mais on avait vraiment, vraiment de beaux livres

R2- Oh, ils avaient des livres superbes oh oui.

Q2- C'étaient quels livres, vous vous en souvenez un petit peu, c'étaient quels livres ?

R1- C'étaient (petite hésitation) Oh ça dépendait des années, ben l'année du certificat d'études, par exemple, vous aviez un dictionnaire, vous aviez réussi le certificat d'études, c'était un dictionnaire mais avant on avait des grands prix comme des histoires de Jules Verne, par exemple, les tours du monde en 80 jours, ben des trucs comme ça, et puis après, c'était un petit peu plus sérieux, suivant les années hein parce que on vous donnait ça à partir d'5 ans jusque 13-14 ans
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer