Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Les cagnas et la reconstruction dans le Noyonnais

La reconstruction dans le Noyonnais en brique après la guerre 14-18

Q2- Et à partir de quand... on s'est plus utilisé des cagnas ? des cagnas bon ( ? ? ?) pendant euh... pendant toute la guerre c'était un besoin économique mais///

R- Les cagnas ont été... les cagnas c'est un terme militaire///

Q2- un terme militaire.

R- Euh... sur le... la planche précédente, j'avais euh... une... une, une vue sur un manuel d'infanterie où ils expliquaient comment construire la cagna avec les tôles. C'est un terme militaire, c'est un abri militaire. Bon, là c'est une... réutilisation du matériel militaire en temps de paix, pour un besoin économique.

Q1- Mais qui a donné cette idée de cagna justement, si c'est militaire, si c'est une technique militaire euh...

R- Oui.

Q- Qui a donné aux habitants euh... aux gens de la localité le... si c'est ( ? ? ?) c'est spontanément, c'est///

R- J'pense que c'est spontanément les allemands ont été... ont été... repoussés, on... on a gagné... avec l'aide des alliés on a gagné la guerre, bon et bon ben et... l'époque des reconfections a été difficile, les allemands étaient mauvais payeurs hein... à mon avis fallait s'débrouiller euh///

Q1- alors c'était un système de débrouille ?.

R- Voilà. Bon la... la... ça... à cette époque là, euh... qu'a... qu'ont fleuri dans le Noyonnais une... plus d'une dizaine de briqu'tries. Y'avait un besoin, y fallait faire d'la brique pour reconstruire, y'avait plus aucune maison debout.

Q2- Mais, mais des briqu'tries tout ça donc euh... comment dire, y'avait des p'tites fabriques ici dans la région même à Ribécourt ?

R- A Ribécourt y'av... y'avait une briqu'trie oui, entre Ribécourt et Dreslincourt. La dernière briqu'trie qui reste encore debout est celle euh... de... du Mont... St Siméon, sortie d'Noyon, route de Chauny. La dernière fois qu'elle a cuit, c'était il y a trois ans ; en 91.

Q1- Et là c'est terminé ?

R- Là c'est terminé euh... c'est en vente euh...... c'était la dernière briqu'trie en activité dans l'Noyonnais. Noyon en... 1918 c'était comme ça.

Q1- Complètement détruit alors. D'accord.

R- Bon, on s'rend pas compte aujourd'hui comment était la région. C'était la guerre.

Q1- La guerre 14-18

R- Oui.

Q2- Et comment s'est fait la reconstruction à cheval, que... il a fallu suivre un autre modèle euh... de reproduire d'la même manière un... euh...

R- Il... comment sont faits les... les re... les reconstructions ?

Q1- Oui. Vous dites par exemple, que bon... y'a eu des briqu'tries qui s'sont ouvertes pour reconstruire, mais euh... est-ce que la... la... c'était pas plutôt d'la pierre avant qui était///

R- Non ici on est sur une région charnière. Euh... en face de nous on a l'plateau d'Soissons c'est le calcaire, c'est la pierre de taille euh... donc qui est euh... a servi pour construire les villages tel que Tracy, tel que Compiègne euh... St Léger, ça c'est laid. Tout c'qui est... c'est, c'est le... la région que c'est l'Soissonnais. Bon si on regarde de l'autre côté d'Noyon, on re... arrive sur le plateau picard, c'est une terre argileuse, une terre à briques. Nous ici, euh... Noyon, Ribécourt, on est juste à la charnière donc on a moitié pierres , moitié briques. Les gens à la limite y z'avaient l'choix.

Q2- Mais bon, avant la guerre Noyon était carrément en brique quoi ? ou non plutôt en///

R2- Plutôt en pierres.

Q- Plutôt en pierres.

R- Plutôt en pierres ou alors si... si... y avait des constructions en briques mais c'était d'la... une brique euh... beaucoup plus fine... d'une couleur beaucoup plus... orangée parce que cuite au charbon d'bois. Et ce n'est qu'à partir de 1850 avec le... les houillères du Nord - Pas de Calais, le charbon du bassin minier qu'on a pu... ou qu'on a trouvé la... la cuisson donc a... avec la houille, la cuisson au charbon de... de la brique donc à une température beaucoup plus élevée, c'qui a permis donc de faire des briques plus épaisses, avec une meilleure chaleur et une brique donc plus cuite...... donc un meilleur matériau de construction.

Q1- Donc à la reconstruction on a utilisé euh... plus de briques alors ?

R- On a utilisé principalement des... vous prenez Roye, vous prenez toute la région de...... Lassigny, pas très loin d'ici, ben ce n'est que de la brique.

Q2- Le sud de l'Oise c'est plus de la pierre non ?

R- Et le sud de l'Oise c'est beaucoup plus de la pierre, y'a plus de terre à briques.

Q1- Et on n'a pas préféré reconstruire euh... Noyon, la ville de Noyon comme elle était initialement c'est-à-dire en... en pierres ?

R- ça coûtait plus cher.

Q1- ça coûtait plus cher mais... euh... c'était///

R- Problèmes de moyens de transport.

Q1- Les pierres vous les acheminiez euh... du plateau Soissonais ?

R- Voilà. Y fallait déjà l'extraire. C'est plus facile de faire des briques que d'extraire la pierre. La pierre euh... coûte plus cher... les allemands étaient mauvais payeurs. Enfin c'est pas péjoratif vis-à-vis des allemands c'que j'dis quand j'dis qu'ils étaient mauvais payeurs hein euh... c'est que... bon ben ils ont été... ils ont eu la crise de 29, on a du euh... aller chercher leurs biens pour... pour s'aider à reconstruire ( ? ? ?) bon c'est l'histoire qui nous l'dit. C'est pas... c'est pas moi.
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer