Accueil Le projet Les dossiers La base projets2003 réalisations contact
Mémoire Vivante de Picardie - La base
presentation consultation
retour à la liste

Pasly avant la guerre de 14-18

Le métier de relieur

Q- Vous disiez tout à'l'heure que vous aviez été à l'école jusqu'à treize ans, mais c'était à cause de la guerre, peut-être que vous auriez continué si y'avait pas eu la guerre ?

R- J'sais pas.

Q- Vous savez pas ?

R- J'sais pas, peut-être, mes soeurs - puisque j'ai déjà dit qu'j'étais l'aîné des garçons, j'étais l'sixième, le cinquième tout en étant l'aîné des garçons - mais mes soeurs avaient quitté l'école à 13 ans, peut-être que, je n'sais pas. Je n'sais pas. Enfin, la guerre a coupé court à tout ça ; et puis, je l'regrette pas de c'que, comment ça s'est passé parce que ça m'a permis d'apprendre tellement de choses, déjà d'être dans une ferme pendant deux ans, j'étais là avec, vous pouvez dire, j'étais avec un, un cultivateur, un tout petit cultivateur dans la Causse, mais alors où on fait de tout, mais un homme qui aimait le travail bien fait, qui aimait être, le faire à temps, qui ; bon eh ben c'était un plaisir que d'travailler sans s'en rendre compte - je l'vois maintenant, je l'sens maintenant - c'était un plaisir que d'travailler dans, dans son, dans son ambiance, avec lui, parce que c'était toujours bien fait et à temps ; de comprendre, de voir pour qui, pour quoi, comment. Ah . Oui, alors mon père, il est rev'nu prisonnier en 1916, il m'a fait - alors j'ai été là bas dans la Creuse, il m'a fait revenir avec lui à Paris - et pis me voilà imprimeur, dans l'imprimerie avec, puisqu'il était - j'l'ai dit tout à l'heure - il était contremaître d'imprimerie, il avait r'trouvé du travail à Paris tout d'suite, parce que, à l'époque, on en trouvait partout, voyez-vous.
Eh ben j'suis revenu avec lui à Paris, et en imprimerie, j'me suis spécialisé côté façonnage, façonnage du papier, fabrication. Ben à l'époque, on pouvait faire (???) alors je me suis spécialisé dans le façonnage côté papier. Et puis en 1930 (toux) j'me suis rendu compte que ça n'me m'nait à rien, alors je me suis recyclé. J'suis rentré en sucrerie, au siège, et puis tout doucement, tout doucement, je suis monté en grade, et puis j'me suis r'trouvé cadre avec-que le service ???. Voilà.

[...]
R- Alors, figurez vous que, étant donné que quand j'étais dans l'imprimerie, j'étais dans l'façonnage du papier, je m'suis appris tout seul à faire de la reliure ... Alors, j'ai acheté du matériel, tout l'matériel de relieur p'tit à p'tit, et après ma journée, à la maison, eh bien je faisais des livres, j'avais une p'tite clientèle et le soir, de huit heures à minuit, tous les soirs, je faisais des livres ; et ce, et ça m' permettait de faire une deuxième journée ça. Et c'est tout ça qui nous a permis de, de vivre et de nous élever les treize. Et puis voilà, les livres, j'aimais bien, et pis j'avais beaucoup d'clients, beaucoup d'clients.

Q1- Et aussi beaucoup d'amour pour vot'e métier.

R- Comment ?

Q1- Vous aviez beaucoup d'amour pour vot'e métier, ça se sent.

R- Ah oui, ah oui, ah ben pis la reliure, c'est un métier un p'tit peu artisanal, mais un p'tit peu d'art, faut connaître les époques, il faut avoir lu un peu, parce que un livre de l'un n'se relie pas comme un liv'e de l'autre, hein, suivant l'auteur.


R- Alors il faut avoir un peu. Un liv'e qu'on vous donne, faut tout d'suite savoir dans quel genre, quel genre de cuir, quel genre de dorure, quel genre, quel style on va lui donner. Ben c'est ça, l'intérêt du métier, de tout c'métier, c'est de n'pas faire ça comme une machine, c'est de, de s'intéresser à tout c'qu'on fait. Alors de temps en temps, j'me faisais un livre, quand j'avais l' temps, j'faisais un livre pour moi, j'en faisais beaucoup pour d'autres, c'qui ajoutait un p'tit peu au revenu familial.
Du jardinage. Actuellement, j'suis en retraite depuis trente ans, oui, cette année, d'puis 1966, ben j'continue, j'continue, je n'fais plus beaucoup d'reliures, c'est rare. Main'nant quand j'en fais, c'est gratuit, c'est du bénévolat, c'est pour un ami, qui m'prête un livre ou n'importe, ben j'lui rends tout relié. L'autre jour, on a encore apporté des affiches, des belles affiches 1930, à coller sur toile, alors j'ai tout ça. Pis là j'vais dans l'jardin, j'ai des lapins, j'ai des poules, j'ai deux faisans, j'ai des ruches, j'ai des moutons là-bas dans la pâture, alors euh, j'fais pousser tous les légumes possibles, des melons aussi bien qu'des haricots
nouvelle recherche

votre sélection

ajouter à votre sélection

imprimer
DownloadPlayer